Spread the love
JOLIDON
Jolidon invite au changement de comportement

L’artiste chanteur béninois Jolidon Lafia a officiellement présenté son single intitulé « Solution, Nouvelle conscience » le samedi 13 juin 2015 au Palais des congrès de Cotonou. Les problèmes de mal gouvernance et les échauffourées de mai 2015 ont amené l’artiste à réagir à travers une chanson. Jolidon Lafia explique, à travers cet entretien, le contenu du concept « Nouvelle conscience ». Lisez-plutôt.

Le Matinal : Vous venez de mettre à la disposition de vos compatriotes, un nouveau single intitulé « Nouvelle conscience ». Qu’est-ce qui vous a motivé à composer cette chanson ?

 Jolidon Lafia : L’artiste, au-delà de sa mission de divertissement, a un rôle plus grand. Il est à l’image du politicien parce que le politicien travaille pour le peuple. Quand j’ai vu les derniers évènements qui ont failli mettre le Bénin à feu, j’ai compris que nous, artistes, devrions aller plus loin. Tout le monde sait que ce qui nous bloque au Bénin. Ce ne sont pas les intellectuels qui manquent. Il y a des points noirs dans notre conscience. Il faut que nous prenions conscience de ça. Aujourd’hui, nous invitons tous nos compatriotes à respecter nos devises. Fraternité-justice-travail. Je crois que le Bénin a encore de beaux jours devant lui. Les chantiers sont encore grands. Ma chanson, c’est une invite à cet élan. Il faut être fier d’être Béninois et œuvrer pour que le pays décolle vraiment. J’invite les Béninois à croire que demain sera encore meilleur. Mais, à condition que nous changions nos comportements. Je trouve que « Nouvelle conscience » est un beau concept. Moi, j’ai chanté pour un Bénin meilleur parce que le Bénin doit rayonner plus.

 Qu’est-ce que le concept « Nouvelle conscience » apporte aux Béninois ?

Je parle de mon Bénin natal. Dans la chanson, c’est un tableau qui peint les dysfonctionnements dans mon pays. Dans le clip, vous avez vu des gens qui peuvent s’arrêter et se mettre à l’aise là où ils veulent, des gens qui dorment dans les bureaux. C’est un appel à la conscience de tout un chacun de nous. Le rayonnement du Bénin dépend des comportements de chacun de nous. Je crois que nous sommes déjà dans un élan vers l’émergence. Le Bénin doit maintenant accepter que nous nous unissions comme un seul homme. Le concept « Nouvelle conscience » n’est pas né pour donner des leçons à qui que ce soit. Mais pour nous rappeler nos devoirs vis-à-vis de notre pays.

 Quels sont les messages forts que vous passez à travers cette chanson ?

Je demande à mes compatriotes de faire en sorte que nous repensions notre développement afin que nous laissions à nos enfants, un Bénin qui soit meilleur à ce que nous avons aujourd’hui. L’espoir est toujours là. Chaque président essaie d’apporter sa plus value. On ne peut pas dire que tout a été noir en neuf ans. Le président Yayi Boni a fait de son mieux. Mais, allons-y encore plus unis avec de nouveaux comportements. Respectons le bien d’autrui. Aimons-nous. L’unité nationale, c’est très important. Je veux nous inviter à ne plus tenir des propos régionalistes. J’en ai parlé dans ma chanson. Nous sommes tous des frères. Il faut servir, créer la production, œuvrer pour l’unité nationale. Dites à tous ceux qui pensent que le Bénin est totalement à terre qu’il y a des gens qui se sont engagés à servir notre pays. Le Bénin est un très beau pays. Nous allons étonner les gens comme l’a chanté Don Métock. Que dans un élan d’humilité, nous acceptions de changer nos comportements. C’est très important pour nous à partir de 2016.

 Justement à propos de 2016, il y a un candidat à la présidentielle en la personne de l’ancien 1er ministre, Pascal Iréné Koupaki qui parle également de « Nouvelle conscience ». Etes-vous en mission pour lui ?

Je ne suis pas en mission pour Pascal Iréné Koukpaki, mais je suis engagé à ses côtés pour de nouveaux défis. C’est un potentiel candidat à la prochaine élection présidentielle. C’est un homme que j’ai eu la chance de côtoyer. La « nouvelle conscience » dont il parle nous interpelle tous. Et, en tant qu’artiste, j’ai décidé d’user de ma voix pour cet appel au changement des comportements malsains qui ternissent l’image de notre pays.

 Propos recueillis par V. B. A.