Spread the love

djogbenou-josephLe ministre de la justice Joseph Djogbénou était face à la presse dans l’après-midi de ce samedi 29 juillet 2017. Il était question pour le garde des sceaux d’apporter des clarifications sur l’affaire concernant la suspension du maire de Cotonou.

Joseph Djogbénou s’est notamment penché sur la question liée à la perquisition du domicile de Léhady Soglo. « Il n’a jamais été question d’arrêter le maire de Cotonou ni qui que ce soit. C’est une procédure d’enquête judiciaire et une perquisition. Tout s’est fait selon le code de procédure pénal actuel en vigueur » a déclaré le conférencier. Selon le ministre la perquisition vise à obtenir des informations. Elle fait suite à un audit des services du ministère de l’économie et des finances à la mairie de Cotonou. Audit ayant révélé l’incinération  des documents comptables de l’exercice 2013 et 2014 en avril 2016 de l’administration municipale alors que le délai de prescription est de 10 ans. L’autorité ministérielle souligne que la procédure d’enquête n’a rien à voir avec celle administrative qui a conduit à la suspension du maire de la capitale économique du Bénin. Il poursuit en indiquant que le besoin s’est fait senti d’enclencher le processus puisque Léhady Soglo aurait un projet de voyage sur la Suisse dans la soirée de ce vendredi 28 juillet. Le garde des sceaux a regretté l’obstruction à une phase d’enquête préliminaire. « Nul n’a le droit de faire obstruction à une enquête. La présence des personnes qui n’étaient pas concernées a conduit a vidé les perquisitions de leurs contenues et l’égard républicains que nous avons, le respect à ces personnalités a conduit à faire en sorte que finalement la personne principale impliquée alors qu’elle ne devrait pas quitter son domicile, le lieu ou l’enquête se tenait a pu s’échapper. Aucune arrestation n’était envisagée. La justice a besoin de s’informer et l’Etat et l’opinion ont besoin également d’être informés » a-t-il expliqué aux professionnels des médias.

Marcus Koudjènoumè