Spread the love
enfantsLa 27ème édition de la Journée de l’enfant africain continue d’être célébrée dans certaines contrées du Bénin. C’est le tour du Centre de promotion sociale (Cps) de Sèmè-podji de sacrifier à la tradition. Concours de danses, interprétations et déclarations poétiques étaient les moments forts d’une  cérémonie organisée hier jeudi 3 août 2017, dans les locaux de l’arrondissement d’Êkpê au cours de laquelle les responsables du Cps ont donné de la joie aux enfants démunis. Dans son mot de bienvenue, Judith Hidjo, chef du Centre de promotion sociale (Cps) de Sèmè-podji, a rappelé que la célébration de la Journée de l’enfant africain est- une occasion pour réfléchir sur comment combattre les violences faites aux enfants.    A l’en croire, la situation des enfants n’est guère reluisante. Pour preuve, 3 enfants sur 10 sont donnés en mariage dans la commune de Sèmè-podji. « J’exhorte les parents à prendre leur responsabilité pour décourager de pareils actes », a-t-elle laissé entendre. Elle n’a pas manqué de prodiguer des conseils aux enfants. Quant à Brigitte Santos, représentante du maire de Sèmè-Podji, elle est restée dans la même logique que son prédécesseur en donnant des conseils aux enfants présents. « Il ne faut pas seulement que vous réclamiez vos droits, il faut aussi remplir vos devoirs », a-t-elle déclaré. Elle a par ailleurs promis de contribuer au développement de la Jea dans la commune. A sa suite, Cathia Freitas, présidente du Conseil consultatif communal des enfants de Sèmè-Podji a exhorté ses pairs à accomplir leurs devoirs en vue de faciliter l’auto-protection.   Elle a invité les autorités, à soutenir par des moyens financiers et techniques,  les actions de lutte contre toutes les formes de violences faites aux enfants.
Mohamed Amoussa
(Stag)