Spread the love
villes
Narcisse Justin Soglo, président de l’Onaub

La communauté internationale a célébré, mercredi 31 octobre 2019, la Journée internationale des villes. L’Ordre national des architectes et urbanistes du Bénin (Onaub) a saisi l’occasion pour faire le bilan de ses 35 ans d’activités, adresser des recommandations aux pouvoirs publics, et annoncer son salon Archi’innov Bénin pour décembre prochain.

L’Onaub n’aurait pas pu choisir mieux que son siège, véritable joyaux architectural bâti dans les règles de l’art, pour sa conférence mercredi dernier. Lors de cette sortie médiatique, le président de l’ordre, Narcisse Justin Soglo, et les siens ont fait du parcours de l’Onaub, et analysé les défis qui les attendent. Selon le président, les architectes béninois ont participé de fort belle manière à l’embellissement du cadre de vie des Béninois. Au nombre de ses prouesses, on peut citer, entre autres, le Palais de la présidence, la Cour suprême, le Complexe administratif du ministère des finances, la Cnss, sans oublier des hôpitaux, marchés et stades. D’autre part, les urbanistes ont apporté leur savoir-faire à l’élaboration des documents d’urbanisme et plus particulièrement dans la conduite des opérations de lotissement. Selon le conférencier, les urbanistes ont été à l’origine du Registre foncier urbain (Rfu), et c’est grâce àleur apport que la gestion de l’espace est davantage pris en compte dans la planification du développement. Cependant, a-t-il fait remarquer, malgré cette présence auprès des pouvoir publics, l’Onaub n’est pas  assez consulté. Notamment, dans le choix de la localisation et des caractéristiques des équipements publics, tels que le second port maritime, le second aéroport international et d’autres ouvrages d’art en milieu urbain. « Plusieurs maîtres d’ouvrage violent allègrement les textes de la République qui encadrent  la maîtrise d’ouvrage  en ce qui concerne la construction, la rénovation, et la réhabilitation des bâtiments », a regretté Narcisse Justin Soglo. Avant d’ajouter que « l’espoir est permis, surtout lorsqu’on sait que le Bénin est en pleine urbanisation, et que plus il y aura de Béninois vivant dans les villes, plus li sera facile aux architectes et urbanistes de jouer pleinement leur rôle dabs l’amélioration du Cadre de vie des Béninois ».  L’Onaub donne donc rendez-vous aux siens et au public pour les festivités qui marqueront ses 35 ans. Elles auront lieu en décembre prochain lors de  l’Archi’innov.

Jean-Paul Mahougnon