Spread the love
mathys
Le ministre Adidjatou Mathys s’engage à réduire le taux de pauvreté

Le Bénin, à l’instar des autres pays du monde, a célébré, mardi 17 octobre 2017, la 25ème édition de la Journée Internationale pour l’Elimination de la pauvreté. La Représentation au Bénin du Pnud a initié en marge de cette célébration, à l’hôtel Azalaï, une conférence-débat à laquelle ont participé des professeurs de l’Université d’Abomey-Calavi, des acteurs de la société civile et des représentants de certains membres du gouvernement.

Représentant le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, le ministre de la Fonction publique et des affaires Sociales Adidjatou Mathys a salué l’initiative du Pnud avant de rappeler que le thème de la journée est en droite ligne avec l’Odd n°16. Elle a souligné que la situation du Bénin en matière de pauvreté n’est pas reluisante. « La pauvreté est persistante passant de 36,2% en 2011 à 40,1% en 2015. D’importantes inégalités sont relevées en matière d’accès à l’éducation, aux soins de santé et aux services sociaux de base », a-t-elle souligné.  Avant de remercier le Pnud qui a commandité une série d’études dans le domaine de la lutte contre la pauvreté. Les travaux se sont poursuivis autour de deux panels qui ont eu respectivement pour thème : « Croissance inclusive, jeunesse et emploi au Bénin » et « Développement et migration ». Le premier, sur la croissance inclusive, a relevé que malgré les réformes mises en œuvre et les efforts des gouvernements successifs, la pauvreté n’a pas cessé de grandir. Le taux a évolué de 33,3% en 2007, à 36,2% en 2011, puis 40,1% en 2015. Le second panel sur la jeunesse et l’emploi, a suscité beaucoup d’intérêt. Il s’est agi de faire un état des lieux qui s’est révélé catastrophique. La jeunesse comprise entre 15 et 35 ans, représente au Bénin 63% de la population totale et environ 66% de la population active, mais reste sujette de conditions très précaires. Et bien que le taux du chômage au Bénin soit de 2,3 %, il importe de notifier que ce chiffre est sérieusement influencé par le sous-emploi. Pour Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations-Unies et Représentant Résident du Pnud, la célébration de cette année a pour thème : « Répondre à l’appel du 17 octobre pour mettre fin à la pauvreté ». Ce thème, selon lui, rappelle que pour réaliser des sociétés pacifiques et inclusives, une importance particulière doit être accordée à la dignité humaine et à la solidarité agissante envers les personnes vivant avec la pauvreté et la misère. « La célébration de la présente journée est une occasion de passer en revue les politiques et stratégies au niveau national, de sensibiliser l’opinion publique et les décideurs sur la nécessité de prendre des mesures hardies en vue de l’élimination de la pauvreté », a-t-il fait remarquer.

J-P.M