Spread the love
1er juin Comè
Le ministre Tonato a présidé les manifestations officielles à Comè

José Tonato et son cabinet, ont sacrifié à la tradition de la célébration de la Journée nationale de l’arbre vendredi 1er juin 2018. Accompagnés des élèves,  ils ont amorcé la mise en terre de 12500 plants au Ceg d’Akodéha dans la Commune de Comé (Mono). « Arbre verte, économie verte et villes durables ».C’est sous cette thématique qu’ont été organisées, les manifestations officielles entrant dans le cadre de la célébration de la Jna 2018. Selon le ministre du Cadre de vie et du développement durable  (Mcvdd), ce thème est en cohérence avec les objectifs de développement durable à l’horizon 2030, ainsi qu’avec l’Accord de Paris sur les changements climatiques qui recommandent que chaque pays « œuvre pour que les villes  et établissements humains soient ouverts à tous, sûrs,  résilients et durables ». C’est pourquoi à travers les célébrations de cette année, le Mcvdd veut promouvoir des forêts urbaines, des espaces verts et publics de qualité accessibles à tous. Dans cette optique, une plantation de 5ha de plants de cail-cédra et d’autres espèces locales a été ouverte au Ceg d’Akodéha. Il est également prévu un reboisement d’alignement en cocotiers sur l’axe Comè-Akodéha, et l’aménagement de la place publique Houngodé de Come. Pour le ministre Tonato, le maintien et le développement des boisements dans les milieux urbains permettront l’essor de l’écotourisme par l’aménagement de parcs urbains multifonctionnels offrant des possibilités de loisirs, de récréation, d’éducation environnementale,  de découvertes des merveilles de la nature animale et végétale. « La ville durable s’appuiera sur 3 piliers de développement durable pour innover et repenser l’aménagement urbain. L’objectif  à terme, c’est d’améliorer la qualité de vie par une réduction de l’émission de gaz à  effet de serre, a-t-ildéclaré. Particularité de l’édition 2018 de la Jna, parmi les élèves d’Akodéha, 119 jeunes auront la responsabilité d’entretenir les 12500 plants qui seront mis en terre. Appelés jeunes volontaires éco-citoyens,  ces apprenants ont pris l’engagement d’œuvrer à la protection et la restauration, entre autres, des mangroves autour du lac Ahémé et ses chenaux.