Spread the love
patrimoine-culturel
Le Professeur Tidjani Serpos plaide pour l’implication des pouvoirs publics

Les manifestations marquant la commémoration de la 6ème édition de la Journée nationale du patrimoine culturel immatériel ont eu lieu le vendredi 14 août 2015. C’était dans les locaux du Centre d’études musicales artisanales et d’animations cultuelles (Cemaac) à Koutongbé à Porto-Novo.

L’initiative est portée par l’Association « Mémoires d’Afrique » depuis des années ! Elle est parrainée, cette fois-ci, par le professeur Nouréini Tidjani-Serpos. La commémoration de la Journée nationale du patrimoine immatériel a réuni aussi bien des têtes couronnées que les autorités de la mairie de Porto-Novo. A la cérémonie officielle de lancement des activités de cette journée, le représentant résident de l’Association « Mémoires d’Afrique », Gomez Géraldo, a fait comprendre que « Mémoires d’Afrique » s’est donnée pour mission depuis 1998, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine immatériel notamment les contes et légendes africains. C’est ce qui explique l’organisation chaque année de l’évènement dédié à l’art oratoire dénommé « Nuit des contes ». Selon Géraldo Gomez, le conte est l’un des meilleurs outils pour transmettre le savoir-être. A en croire ses propos, face aux Nouvelles technologies de l’information(Ntic) qui sont très puissantes aujourd’hui, les contes qui constituent un pan de la tradition orale, risquent de disparaître si on ne prend pas garde. « Nous avons le devoir de sauvegarder notre patrimoine », confie-t-il. Le parrain de l’évènement, le professeur Nouréini Tidjani-Serpos et le Père Fondateur de l’association « Mémoires d’Afrique », le prêtre Israël Mensah, ont émis l’idée de la rédaction d’une lettre à l’endroit du Chef de l’Etat, pour lui suggérer de marquer son passage à travers un prix dédié au patrimoine immatériel. Le 1er adjoint au maire de Porto-Novo, François Ahlonsou, l’ancienne ministre Flore Gangbo, le roi Toffa IX de Porto-Novo et celui des Yoruba, Onikoyi, tous présents à la cérémonie, ont pris l’engagement d’œuvrer, chacun de son côté, pour la sauvegarde de ce pan du patrimoine culturel immatériel. L’ambition est grande, mais l’équipe de « Mémoires d’Afrique » travaille pour impliquer les responsables à divers niveaux dans la préservation et la valorisation de la culture béninoise.

 Valentine Bonou Awassi