Spread the love

PalaisLes assises de ce lundi 9avril 2018 n’ont pas abouti à un jugement compte tenu se l’absence de l’un des accusés. En réalité, la cour a entamé les préalables pour juger mais la défense a soulevé une exception d’inconstitutionnalité. Pour cause, Dénadi Dovoédo l’un des accusés pour assassinat avait manqué à l’appel.

La cour a voulu considérer la présence de Gounou Adoundjo son complice pour trancher mais la défense s’en est opposé. Elle a soulevé les articles 120,121 et 122 de la constitution relatifs à l’exception d’inconstitutionnalité. Le ministère publique a fait recours à la jurisprudence en évoquant le cas de Dangnivo dans lequel des exceptions ont été levées mais sans suite. Mais la défense de Gounou Adoundjo s’est aussi opposée. Me Hugo Koukpolou rt Me Aum Rockas Amoussouvi ont soutenu qu’il n’y a pas se droit acquis par rapport à une jurisprudence. Me SaÏdou Agbantou a répété que lorsqu’on soulève une exception, la cour d’assise n’a pas à apprécier. Pour lui, la cour doit renvoyer ladite exception devant la cour constitutionnelle. Le bâtonnier, Me Yvon Détchénou demande le sursis à statuer et a cité les articles 3 et 5 de la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples. La défense  par Me Hugo Koukpolou a demandé la mise en liberté de son client mais la cour estime qu’il ne se présentera plus pour le jugement. La délibération de la cour suppose que Dénadi Dovoédo s’est évadé de la prison civile de Porto-Novo. Elle a accepté l’exception d’inconstitutionnalité mais maintient en détention l’accusé présent compte tenu de l’article 147 du code de procédure pénale.