Spread the love
Aboubacar Yaya
Le Ministre Aboubakar Yaya

Finaliser un projet intégré des maîtres artisans assorti d’un plan d’actions subséquent, c’est l’objectif de la Commission nationale pour l’apprentissage tient depuis hier, mardi 25 août à Cotonou, sa première session au titre de l’année 2015. Le Ministre Aboubakar Yaya a présidé l’ouverture des travaux.

Cette session de la Commission nationale pour l’apprentissage (organe consultatif tripartite composé des représentants de l’administration, du patronat et des travailleurs) permettra selon le Directeur général du renforcement des capacités, Rufin Akiyo, aux participants de débattre de la question de l’apprentissage, afin que soit finalisé un projet intégré des maîtres artisans assorti d’un plan d’actions subséquent. Le ministre de la Fonction publique, du Travail, de la Réforme administrative et institutionnelle, Aboubakar Yaya a relevé quant à lui que l’artisanat apparait aujourd’hui comme le secteur qui enregistre les pires formes du travail des enfants. Pour lui, l’absence de cadre formel approprié et d’un environnement institutionnel organisé et propice à l’épanouissement de l’enfant apprenti s’explique par la méconnaissance des textes réglementaires tant par les parents, les maîtres artisans que les apprentis et la non application de ces mêmes textes par les pouvoirs publics. « C’est une situation contraire aux normes internationales en matière de protection des droits de l’enfant et qui déteint totalement l’image de l’artisanat béninois qui pourtant participe à plus de 30% au Produit intérieur brut. » dira t-il pour justifier le sérieux du problème. Des dispositions seraient en cours au niveau du ministère en charge du Travail, dans le secteur de l’apprentissage, notamment la réalisation de certaines études pour identifier les besoins en formation des maîtres artisans et mettre en place un plan de formation avec le concours de tous les ministères sectoriels et les acteurs eux-mêmes. Une approche qui, selon Aboubakar Yaya, vise l’amélioration de l’environnement de l’enfant apprenti qui devrait bénéficier d’une formation de qualité conformément aux besoins du marché national et sous-régional.

Inès Zounnon