Spread the love

lagarde-cLa directrice du Fmi, Christine Lagarde, est dans nos murs depuis dimanche soir. Après ses échanges avec le chef de l’Etat, elle a salué les performances de l’économie béninoise. Christine Lagarde qui a, par ailleurs, reconnu la pertinence des options du Pag,et  s’est dite optimiste sur l’avenir économique du Bénin. 

Selon certains observateurs, la visite de la directrice du Fonds monétaire international (Fmi) est une prime aux bonnes performances économiques du Bénin.Pour d’autres, c’est la crédibilité et le sérieux dans la conduite de la politique économique par le gouvernementqui ont motivé la visite de Christine Lagarde.En effet, le Fmi n’intervient pas au Bénin en qualité de banquier ou de sapeur-pompier, mais surtout comme conseil et appui technique dans le cadre des réformes engagées depuis l’avènement du régime Talon.Donc,  la venue  de la Directrice générale du Fmi au Bénin, même si elle s’inscrit dans le cadre du dialogue régulier du Fonds avec ses partenaires, elle vise surtout à renforcer les échangespour étudier avec le gouvernement les voies productives qui pourraient aider le pays à atteindre ses objectifs. Or,  la première revue de l’accord sur la facilité élargie de crédit tenue au début du mois a été satisfaisante sur les performances du Bénin. Les engagements pris ont été largement respectés. Ce qui a entraîné le décaissement d’un montant additionnel de 13 milliards de francs Cfa,  portant les fonds déboursés dans le cadre de ce programme à plus de 24 milliards de francs Cfa.  Même sur les aspects du volet social où le bilan n’a pasencore comblé les attentes, Christine Lagarde a  encouragé Patrice Talon et son équipe à poursuivre les efforts.

 Le Bénin dans le groupe du partenariat de l’Afrique avec le  G20 (Compact withAfrica)

 Par ailleurs, la Dg Fmi reste très optimiste quant aux perspectives économiques du Bénin qu’elle juge bonnes.  Ses analyses se fondent  sur le taux de croissance de 2017 qui est autour de 5,5%,  et qui sera de 6% en 2018,  selon les spécialistes en économétrie du Fmi.Somme toute,  cette visite est une prime aux performances du Bénin, et consacre également les bonnes perspectives de l’année 2018,  ainsi que l’a démontré Christine Lagarde,  avec un taux minimum de croissance de 6% attendu.Ce qui permet de croire en l’avenir et de rester optimiste. La conséquence directe est l’entrée du Bénin dans le groupe du Partenariat avec l’Afrique du G20 (Compact withAfrica). C’est un signal fort aux investisseurs  privés car cela va booster la visibilité du Bénin et renforcer la confiance des investisseurs. Car,  le Fmi, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (Bad) vont davantage soutenir les efforts du Bénin qui visent à mettre en œuvre des réformes pour stimuler les investissements privés.Le Fmi, comme l’a déclaré sa Directrice Générale, est confiant dans les performances du Bénin grâce à la détermination politique du gouvernement à opérer les réformes et aussi les efforts de diversification des sources de recettes de l’économie,notamment l’amélioration des recettes intérieures. C’est cette rigueur dans la gestion qui a séduit la directrice. Christine Lagarde a, pour sa part,  promis à son petit-fils de 5 ans de l’amener voir le Big Five. La condition, cette fois-ci, est la concrétisation des projets touristiques en particulier celui de la Pendjari.

 J.-P-M