Spread the love

mouton-tabaskiDans la tradition musulmane, l’Aïd el-Kébir commémore la soumission d’Ibrahim à son Dieu (Abraham dans la Bible), qui doit servir de modèle à tous les croyants. Selon le Coran, ce prophète qui correspond à Abraham dans la Bible a reçu dans ses rêves l’ordre divin de sacrifier son fils, Ismaël. Celui-ci, élevé dans la foi, accepte d’être immolé par son père. Le père se saisit d’un couteau et le pose sur la gorge d’Ismaël lorsque  l’ange Jibril (Gabriel) tout à coup arrête sa main et dispose un mouton à la place de son fils pour être sacrifier.

Pour les musulmans, la foi d’Ibrahim, mise à l’épreuve par Dieu, a été récompensée par la survie de son fils. L’Aïd el-Kébir demeure une fête célébrant la foi et la miséricorde. Cet épisode du Coran correspond à un récit de la Bible : celui du sacrifice par Abraham de son fils Isaac. Celui-ci est interrompu par l’arrivée d’un ange qui lui annonce que Dieu est satisfait de sa foi. Un bélier est sacrifié à la place du jeune homme. L’Aïd, endeuillée l’an passé par une bousculade ayant fait plus de 700 morts à La Mecque, est l’une des célébrations les plus importantes de l’islam, avec le ramadan. Sa date est donc l’objet de toutes les attentions chaque année…

Dans l’Islam, l’Aïd clôture pour des millions de croyants le Hajj, la période des pèlerinages qui a commencé deux jours plus tôt. Chaque année, les musulmans se rendent sur les lieux saints de leur religion à la Mecque, en Arabie Saoudite. Marquant la  fin du Hajj, il s’agit de l’un des cinq piliers de l’Islam. L’Aïd el-Kébir célèbre l’achèvement de ces pèlerinages et est un moment fort de la vie spirituelle et sociale.

Léonce ADJEVI