Spread the love
Yayi s'est fait huer par les populations de Comé
Yayi Boni et ses thuriféraires mal inspirés

Après avoir tout tenté, avec ses thuriféraires pour noyer sans succès son ami d’hier, le régime de Yayi Boni ne s’embarrasse plus de scrupules afin d’atteindre son but. Sa dernière obsession est de susciter la colère de faux paysans contre Patrice Talon. Cette insipide et odieuse messe a eu lieu hier à Parakou. Encore un coup obscur pour tenter de noircir la notoriété de l’homme d’affaires, candidat à la présidentielle de 2016. Dans leur funeste entreprise, ils ne lésinent plus sur les moyens. En effet, alors que toutes les manœuvres orchestrées pour souiller la réputation de l’homme d’affaires ont échoué, ils ont envisagé un scénario en allant sur un terrain sur lequel ils sont convaincus de mettre en difficulté leur ennemi. Erreur ! Durement éprouvés par des campagnes cotonnières conduites par le gouvernement Yayi Boni, les paysans regrettent déjà Talon dont la gestion leur a fait du bien. Ils réclament tout simplement le retour aux affaires de cet homme qui a écrit de belles pages du coton à leurs côtés. Si les paysans ne reprochent rien au magnat du coton, il en est autrement pour Yayi Boni, quelqu’un qui a mis à genou la filière. Après avoir annoncé de lendemains meilleurs aux paysans, le gouvernement est passé à côté. Il n’a pas fait mieux que ceux qui étaient aux commandes. Son bilan est désastreux, mais il refuse de l’admettre. Pour camoufler son échec, il tente d’opposer les producteurs à l’opérateur économique qui a fait ses preuves. C’est pourquoi, il faut lui rappeler qu’acculer Patrice Talon par la politique de la manipulation des acteurs de la filière se révèlera une stratégie risquée pour son régime. En s’en prenant chaque jour à leur sauveur, pour écorner son image, le régime en place attire la foudre de ces animateurs de la filière et attire un peu plus leur sympathie vers la victime.   Au fur et à mesure qu’on s’approche la présidentielle de 2016, la campagne anti-Talon prend une dimension calomnieuse et cruelle. C’est à la limite démoniaque. Ce régime, au visage diabolique et criminel, formate tous les coups contre l’homme dont il craint la notoriété et la célébrité. S’affichant désormais comme un homme d’Etat, pour son éloquence, son savoir, son savoir-faire et son savoir-être, Patrice Talon fait face à une impitoyable machine à broyer qui lui tire dessus sans discontinuer. Mais ce grand seigneur du coton, qui est également un homme d’affaires avisé qui ne se laisse pas dompter, parait invincible.

 FN