Spread the love

usa-drapeauL’affaire de cocaïne qui éclabousse l’homme d’affaires Sébastien Ajavon agite tout le pays et est en train de prendre des proportions inquiétantes. Du coup, l’avenir du roi de la volaille et du poisson devient une incertitude. Le Patron du patronat qui vient en effet de passer trois nuits consécutives à la brigade territoriale de gendarmerie de Cotonou, ainsi  que trois de ses collaborateurs dont il ne se sépare plus est très angoissé et s’en remet à la justice qui a prorogé sa garde à vue. Ce qui est déjà un signe inquiétant pour l’homme. En effet, la garde à vue a duré plus que beaucoup l’imaginaient et cela a déjà sérieusement entamé le moral du milliardaire, entraînant même la démobilisation de ses soutiens qui spontanément se sont rendus à son chevet vendredi dernier. Sans doute qu’on les retrouvera encore ce jour à l’occasion de la présentation de l’homme au Procureur de la République qui décidera de son sort. Soit il sera libéré et mis sous convocation, soit sa garde à vue sera prorogée à nouveau. On estime que du moment où une commission d’enquête a été mise sur pied par le Procureur, on pourrait le relâcher au regard de la garantie de représentativité qu’il représente, en attendant le rapport des enquêteurs. De plus en plus et en tenant compte de  la succession des faits, notamment au regard des éléments en présence avec les accusations soulevées par Sébastien Ajavon contre le régime Talon désigné comme l’instigateur de ce coup,  seule la justice pourra faire la lumière sur cette affaire. En devançant les choses pour conclure à un montage et un coup politique, le roi de la volaille a certainement senti que cela sentait mauvais, mais c’était sans doute l’une des erreurs à ne pas commettre. Car à vouloir montrer l’autre comme son bourreau, est-ce que ce dernier s’impliquera encore dans ce dossier pour qu’il soit libéré ou bien il laissera la justice aller jusqu’au bout? Il va préférer sans doute la seconde hypothèse. De tout ce qu’on entend depuis vendredi dernier, il y a surtout la responsabilité du chef de l’Etat qui est mise en relief et beaucoup espèrent qu’il s’impliquera dans ce dossier pour sauver son allié. Une équation qui devient compliquée non seulement à cause des déclarations d’accusation de Ajavon lors de sa conférence de presse, mais aussi en raison du degré d’implication des Américains. Il y a longtemps que les services de renseignements américains ont identifié le Bénin comme l’une des portes d’entrée et d’embarquement de la cocaïne dans la sous-région. Des informations livrées aux renseignements béninois donnaient des précisions sur certains mouvements au port de Cotonou. Ces derniers jours, on  a presque montré du doigt qu’un navire en provenance du Brésil contiendrait des produits suspects. Le navire étant arrivé au port de Cotonou, les Américains ont donné l’alerte. Il s’est avéré qu’il a transporté des marchandises appartenant à une grande société de la place. Un conteneur a même été indiqué. Ce sont ces informations qui ont mis en alerte les forces publiques béninoises qui ont opéré. L’erreur qu’elles ont commise, c’est de vouloir en faire un exploit et ignorant de signaler que l’alerte est venue des services de renseignements américains.

Abdourhamane Touré