Spread the love

LIVRE-ANGELOLe juge Angelo Houssou devenu célèbre pour ses « non-lieu » prononcés dans les affaires « tentative d’assassinat du chef de l’Etat et de coup d’Etat », était face au public mardi 8 décembre 2015. Objectif : lancer le livre « Je ne suis pas un héros-Affaires Talon». L’auteur a saisi cette occasion pour dénoncer le danger que représentent les forces politiques et économiques pour le Bénin.

« Que serait devenu le Bénin si nous n’avions pas eu le sens de notre serment ce 17 mai 2013 ? Que serait-il passé si la mobilisation n’était pas allée au-delà de la maison Justice ? » Ainsi s’interrogeait le Juge Angelo D. Houssou, à l’occasion du lancement de son livre, pour faire toucher du doigt aux Béninois le service qu’il a rendu à la nation en prononçant, sans craindre pour sa vie, les décisions de « non-lieu » du 17 mai 2013. Dans d’autres pays, une telle personne serait considérée comme un héros. Ce qui n’est pas le cas au Bénin. De fait, avec cet ouvrage de 276 pages dans lequel il retrace sa vie d’homme, de juge et de combattant de la liberté, Angelo Houssou n’a nullement eu la prétention de célébrer ses mérites. Au contraire, c’est une réédition de comptes qu’il a voulu faire à travers « Je ne suis pas un héros-Affaires Talon ». « J’ai écrit ce livre à titre de reddition de comptes au peuple béninois au nom duquel j’ai rendu des décisions de justice, ces dernières années… Garder le silence serait manqué de respect au peuple qui a le devoir de savoir », a-t-il indiqué. Et parlant de choses que l’opinion publique devait savoir, l’heureux du jour a déclaré qu’à l’occasion de l’instruction de ces dossiers, il a découvert et compris le danger auquel les citoyens sont quotidiennement exposés lorsque ceux qui détiennent le pouvoir manquent de vertu. Il s’est, par ailleurs, prononcé sur la nécessité de protéger les juges qui, a-t-il dit, sont des gens investis d’une mission de lourdes conséquences, contre les attouchements indiscrets et les propositions indécentes des forces politiques et économiques.

 Joël Samson Bossou