Spread the love
kerekou
Même après sa mort, Mathieu Kérékou fait parler de lui

Ayant écrit les plus belles pages de l’histoire du Bénin, le Général Mathieu Kérékou, plus d’un an après sa mort, continue de focaliser les attentions. Le lancement, hier mardi 28 février 2017, de l’ouvrage ‘’Notre ami Kérékou’’ du Nigérien Amadou Ousmane a été l’occasion pour ses fidèles compagnons de le célébrer une fois encore.
Le Général Mathieu Kérékou, sans coup férir, ne sombrera jamais dans l’oubli collectif. C’est le message fort que ses anciens compagnons de lutte ont voulu faire passer lors du lancement de ‘’Notre ami Kérékou’’. Un ouvrage de 312 pages, fruit de témoignages de ceux qui ont pratiqué l’homme aux qualités humaines fascinantes. Humble, discret, légaliste, bon soldat, bon croyant, bon démocrate, exemple de vertu, de don de soi, de patriotisme, les différentes personnalités qui ont honoré de leur présence cette randonnée littéraire ont manqué d’adjectifs pour apprécier les multiples facettes de cet ancien président du Bénin qui, à lui seul, totalise près de 03 décennies à la tête de l’Etat. Pour l’auteur, Mathieu Kérékou fait partie du patrimoine africain. C’est d’ailleurs lui qui a œuvré pour la libération du président Mamadou Issifou, alors prisonnier politique sous le régime de Ibrahim Barè Maïnassara. « Dirigeant modèle pour son pays et pour l’Afrique entière, il est de ces hommes dont il convient de perpétuer la mémoire et d’enseigner les idéaux », a déclaré Amadou Ousmane. Parrain de l’événement, Me Robert Dossou, a apprécié à sa juste valeur l’idée d’un livre en hommage à cet illustre homme d’Etat. Il est allé loin en émettant l’idée de la construction d’un musée en l’honneur de son ancien patron, puisqu’il a été son ministre du Plan. Toutefois, il a déploré le fait qu’on n’ait pas décerné à Mathieu Kérékou, le prix Nobel de la paix. Même son de cloche avec le préfacier Jérôme Carlos qui a caricaturé le peu d’importance qu’on accorde à l’histoire, à la mémoire de tout un peuple.
Montand Kérékou se confond en remerciements
Au nom de la famille, le Colonel Montand Kérékou a salué le remarquable travail de l’auteur, Amadou Ousmane. Selon lui, cet ouvrage valorise la mémoire du soldat, du grand homme d’Etat, et de l’artisan de la paix que fut le Général Mathieu Kérékou qui, le 26 octobre 1972, a effectué une entrée historique dans la vie politique nationale avec sa célèbre phrase : la branche ne se cassera pas dans les bras du Caméléon. « Les différents témoignages collectés dans l’ouvrage traduisent la reconnaissance, l’affection et le respect du peuple béninois, mais aussi des peuples frères et amis pour l’homme qui, de toute évidence, a su imprimer sa touche et marquer son temps en s’adaptant aux aléas de la politique », a déclaré Montand Kérékou. Il a, par ailleurs, demandé à la Fondation Mathieu Kérékou de mettre tout en œuvre pour assurer une large diffusion de l’ouvrage dont le contenu édifiera plus d’un et constituera sans nul doute un legs pour les générations futures.

Joël Samson Bossou