Spread the love
Bertrand Wanilo
Bertrand Wanilo Anano, auteur de  »Vodoun Toxossou Ninsouhoué »

La maison des jeunes d’Abomey a abrité, le samedi 13 janvier 2018, le lancement officiel du livre intitulé « Vodoun Toxossou Ninsouhoué ». Cette œuvre littéraire est une esquisse de Wanilo Bertrand Ananou, pour réduire les préjugés que les étrangers,  notamment les occidentaux, ont du Vodoun, le patrimoine culturel de l’homme Noir. 

Comme  d’autres auteurs  Béninois, Wanilo Bertrand Ananou, a choisi également  de faire son aventure  dans le monde du Vodoun. Il s’est  particularisé en faisant   une incursion dans le couvent du Vodoun Toxossou Ninsouhoué, le principal culte du royaume de Danxomè. L’auteur,  à travers son ouvrage, informe les non-initiés de la vie du couvent. Une audace saluée par Dah Mèvèdè Gbèzonnou Adimagbè Akaba,  chef  suprême de culte Zomadonou d’Abomey dans la mesure où le milieu dont on parle est un cercle  fermé.  Et pour avoir des informations venant d’un tel lieu de la foi,  il faut alors parcourir monts et vallées. Ce que Wanilo Bertrand Ananou a pu réussir en mettant sur le marché le produit fini de ses recherches. Mais s’il a décidé d’aborder cette thématique, il a bien ses raisons. A l’en croire, son choix est parti du constat selon lequel le Voudoun Toxossou Ninsouhoué est mal connu. Ainsi, il va falloir l’orienter vers des actions pour qu’il soit vu de façon positive. C’est en s’inscrivant dans cette démarche qu’il a décidé d’approfondir ses recherches dans le couvent de Vodoun Toxossou Ninsouhoué. Après plusieurs années d’investigations, Wanilo Bertrand Ananou a découvert que  le Vodoun est fondé sur le verbe authentique  composé des chansons, des panégyriques et des langages tambourinés qui sont des éléments indispensables intervenant dans une culte. En dehors de la préservation du verbe, l’auteur, par le biais de cette œuvre littéraire, pense restituer les vraies informations du couvent sans toutefois violer la loi de l’initié, pour mettre fin aux  préjugés  erronés distillés dans l’opinion et qui n’avantagent surtout pas le  patrimoine culturel béninois. Rédigé dans un langage accessible, le livre a abordé dans un premier temps l’épistémologie du Vodoun Toxossou Ninsouhoué. Dans sa 2ème partie, il a révélé la puissance du verbe avec la musique sacrée comme l’angle de traitement. Au niveau de la musique sacrée, les chants sacrés, les panégyriques vodoun, et les langages tambourinés qui font passer les adeptes pour les parades dansantes ont été traités. Tout en appréciant la qualité et la démarche méthodologie adoptée, Daté  Atavito  Barnabé a indiqué que le livre est très intéressant parce qu’il explore les divinités du panthéon Vodoun. A l’entendre, c’est une vulgarisation de nos valeurs sans les désacraliser.

Zéphirin Toasségnitché 

(Br Zou-Collines)