Spread the love
benin-taxi
Le projet « Bénin Taxis » lancé

Bénin-Taxis, c’est désormais une réalité. Le projet destiné à combler peu à peu le déficit d’emplois décents a été lancé, dans l’après du lundi 3 juillet 2017, sur l’esplanade du Stade Mathieu Kérékou,  à Cotonou, en présence de plusieurs ministres.

Le chef de l’Etat, tout le monde le sait, est préoccupé par la question du chômage et de l’emploi. C’est ce souci qui est à la base de l’initiative « Bénin Taxis » pour sortir les jeunes Béninois de la précarité. Les 50 nouveaux « artisans responsables » de Bénin-taxis ont commencé à rouler à bord de nouveaux véhicules flambants neufs. « Le Chef de l’Etat tient à ce projet de taxis nouvelle génération destinés à promouvoir le tourisme », a rappelé le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané. A travers, ce projet, a-t-il poursuivi, le gouvernement a pour objectifs entre autres, de créer les villes durables et écologiques, des emplois décents  et de renforcer le partenariat public-privé. A travers Bénin-taxis, il est attendu 300 emplois directs aux effets multiplicateurs. A terme, au moins 1000 jeunes sans-emplois seront impactés, et pourront, pas à pas, être sortis de la précarité. Le ministre d’Etat a profité de l’occasion pour rassurer les  conducteurs de taxi-ville et de taxi-moto « zémidjans ». Selon lui,  l’objectif du gouvernement n’est pas de restreindre le champ d’actions  des « zemidjans », mais plutôt d’offrir d’autres moyens de transport aux populations et par la même occasion de créer des emplois. « Il n’y aura pas de concurrence déloyale», a-t-il indiqué. Pour Assane Seibou, responsable du Centre de Partenariat et d’expertise pour le Développement durable (Cped) qui pilote le projet,  en mettant en exploitation cette flotte de taxis à Cotonou et dans d’autres villes du pays, le gouvernement compte améliorer la mobilité urbaine tout en contribuant à la promotion des artisans qui sont en même temps propriétaires et conducteurs. C’est aussi un moyen d’augmenter l’offre de qualité en matière de transport et d’accompagner le développement touristique. Les véhicules mis à la disposition de la première vague de 50 jeunes artisans recrutés sont des véhicules modernes climatisés et équipés de matériels informatiques de dernière génération qui permettent de les localiser par les tracking. Heureux d’être les premiers bénéficiaires de cette initiative, les artisans ont tenu à remercier le gouvernement, mais surtout son chef, le président Patrice Talon, pour l’attention. Leur représentant, Ghislaine Gandaho, n’a pas caché sa satisfaction.
WN