Spread the love
benin-caju
Les officiels à la cérémonie de lancement

La filière cajou a de beaux jours devant elle au Bénin. Pour son développement intégré et accéléré, le projet BéninCajù financé par le département Américain de l’agriculture (Usda), à travers le Foreign agriculture service (Fas) a été lancé jeudi 2 juin 2016 au Bénin Marina hôtel à Cotonou. La cérémonie a connu entre autres, la présence des responsables de Technoserve et de Catholic Relief services, bras exécutants du projet.

Le vœu ardent des acteurs de la filière cajou de voir des améliorations dans le secteur sera enfin réalisé. Après les formalités administratives, le projet BéninCajù mis en œuvre par Technoserve et Catholic Relief Services entre dans sa phase active. Il a été officiellement lancé jeudi à Cotonou. D’un coût estimé à 20 millions de dollars américains, le projet est initié pour l’intégration et l’accélération de la filière cajou dans 12 Communes productrices du Bénin réparties dans les départements des Collines, du Zou, du Borgou et de la Donga. Selon la Directrice régionale de Technoserve, BéninCajù vise à impacter 49 000 producteurs de cajou, soit plus d’un quart de tous les producteurs béninois. «  C’est un projet à la fois inclusif, global et innovateur qui va permettre de développer et de faire bénéficier à tous les acteurs le potentiel du Bénin à devenir l’une des meilleures ou la meilleure référence mondiale en ce qui concerne la culture et la transformation du cajou ainsi que des produits dérivés », a confié Katarina Kahlmann. Elle a renouvelé l’engagement de sa structure et de Catholic relief Services au gouvernement américain et ses remerciements aux autorités politiques du Bénin ainsi que tous les acteurs.

La présidente du Conseil national des transformateurs de Cajou (Cntc) pour sa part, est revenue sur l’intérêt que revêt la filière cajou en général et le projet BéninCajù en particulier. « Le projet est une opportunité car il devra s’approprier les acquis pour une amélioration certaine, une meilleure continuité avec des résultats durables », a rassuré Georgette Taraf. Elle a rassuré de la disponibilité de son institution à accompagner le projet.

Prévu pour durer 5 ans, BéninCajù va générer environ 4 000 emplois dans la transformation et plus de 60 000 hectares de plantation de noix de cajou appliquant les techniques et technologies améliorées. Le lancement du projet placé sous le double parrainage des ministres de l’Agriculture et du Commerce ouvre une nouvelle ère pour la filière cajou au Bénin qui constitue la 2ème culture d’exportation du Bénin après le coton.

SA