Spread the love
recasebHier jeudi 20 juillet 2017, des acteurs et bénéficiaires du secteur de l’énergie au Bénin se sont réuni à Cotonou pour discuter des enjeux du renforcement des capacités pour une meilleure organisation du secteur. Et c’est le ministre en charge de l’Energie qui officiellement ouvert les travaux.
« Présenter le projet RECASEB, analyser la situation du secteur, échanger sur la vision, la politique et la feuille de route, échanger sur les attentes des structures bénéficiaires du projet, présenter le Système d’Information National de l’Énergie du Bénin (SINEB) , appréhender les notions de gestion du changement et besoins de renforcement des capacités, recueillir les observations et préoccupations des acteurs du secteur etc. » sont, entre autres, les principaux objectifs qui fondent l’organisation à Cotonou de la première réunion du comité de pilotage du Renforcement des Capacités des Acteurs du Secteur de l’Energie au Bénin (RECASEB).
Beaucoup d’actions en amont
Ce jeudi 20 juillet 2017 donc, les participants aux travaux du comité de pilotage ont eu pour tâche d’examiner et de valider le rapport préliminaire qui  a présenté la mise à jour des données de base, des hypothèses sous-jacentes du projet et son plan d’actions actualisé.
Très rapidement, Septime Azonnoudo a rappelé les conditions dans lesquelles le RECASEB est mis en place et surtout insisté sur les travaux et réalisations effectués en amont.
Le représentant du ministre des finances du Bénin a quant à lui insisté sur les difficultés criardes, bnotamment l’inadéquation entre l’offre et la demande du marché. Pour Affo Amine Bitayo, le Gouvernement de la Rupture a pris ses responsabilités en décidant de mettre fin au délestage. Ce qui justifie les gros investissements que l’Union européenne a entrepris de soutenir à travers les accords signés en juillet 2016.
Josep Coll, le Chef de fil de la Délégation européenne, a également rappelé les activités menées depuis l’année 2015 dans le cadre de la coopération entre l’Union européenne et le Bénin dans le secteur de l’Energie. Entre autres, il a cité le « travail préparatoire pour la mise en place d’un Système d’Information National de l’Energie au Bénin (SINEB), l’appui à l’Autorité de Régulation matérialisé par une subvention de 500 000 EUR accordée en juillet 2016, et l’appui à la Communauté Electrique du Bénin (CEB) à travers une mission d’Assistance technique afin d’améliorer ses performances en gestion de projets ».
Synergie d’actions
Pour lui, le programme RECASEB est une opportunité considérable pouvant accompagner les réformes ambitieuses du Gouvernement. Car, « faire du secteur de l’Energie un secteur performant, transparent, bien planifié et donc attractif à l’investissement privé… » reste un objectif également partagé par son institution, dit-il.  Il a toutefois suggéré au Directeur de l’Energie, « d’établir une feuille de route consensuelle qui permettra de définir la vision du secteur à l’horizon 2035, et d’améliorer en parallèle le cadre règlementaire, juridique et tarifaire ».
Le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines n’a pas caché sa joie de voir le comité de pilotage démarrer ses travaux. Pour Dona Jean-Claude Houssou, ce lancement est « l’expression du soutien de l’Union Européenne à la vision du Gouvernement. Selon ses propos, ce projet tombe à pic avec l’avènement « la mise en vigueur du second Compact Millenium Challenge Account (MCA), la signature et la mise en œuvre des projets PANA et Biomasse énergie avec le PNUD, et l’adoption du Plan Directeur du sous-secteur de l’Electricité. Aussi, « le projet RECASEB se concilie-t-il parfaitement avec les projets de développement des capacités de production de l’électricité, de maîtrise de l’énergie, ainsi qu’avec celui relatif à la  restructuration de l’opérateur national et  de son réseau » que le gouvernement béninois a mis en place. En tout cas, il a rappelé les 761 milliards de F.CFA sur la période 2016-2021 alloués aux projets de modernisation et d’extension de la filière thermique, à celui de développement des énergies renouvelables, de la restructuration de l’opérateur national et de son réseau, à la maîtrise des consommations énergétiques. Pour lui, le Bénin est sur la bonne voie. Par conséquent, il a remercié l’Union européenne pour son soutien constant et rassuré tous les partenaires techniques et financiers de sa disponibilité, de celle de son cabinet et de l’ensemble des acteurs.