Spread the love

ffLe préfet du département du Littoral, Modeste Toboula est soucieux du désengorgement de certaines voies en vue de rendre fluide la circulation à Cotonou. Ainsi donc, l’autorité préfectorale a pris deux arrêtés en date du 07 juillet 2016. L’un portant interdiction d’occupation des trottoirs et autres emprises (cent pas du roi, berge lagunaire) dans la ville de Cotonou et l’autre portant interdiction aux engins à deux roues de circuler dans la zone commerciale. Si le premier est effectif depuis quelques jours, le second quant à lui prend effet dès ce jour. (Lire ci-dessous l’intégralité du communiqué).

COMMUNIQUE

Le Préfet du département du Littoral communique :

Conformément aux arrêtés préfectoraux N° 0214/DEP-LIT/SG/SCAD/SA, en date du 07 Juillet 2016, portant interdiction d’occupation des trottoirs et autres emprises (cent pas du roi, berge lagunaire) dans la ville de Cotonou, et N° 0215/DEP-LIT/SG/SCAD/SA, en date du 07 Juillet 2016, portant interdiction aux engins à deux roues de circuler dans la zone commerciale, le préfet du département du Littoral porte à la connaissance des habitants vivant dans les environs de la zone commerciale qu’il est strictement interdit à toute personne physique ou morale d’occuper les trottoirs avec des marchandises, des matériaux de construction et autres sur toute l’étendue du territoire du Département du Littoral d’une part, et, interdit jusqu’à nouvel ordre à tous engins à deux roues l’entrée dans le centre commercial, allant de la rue MTN-Notre Dame jusqu’à l’immeuble Mawulé en passant devant le CEG Dantokpa, d’autre part.

A cet effet, le Préfet passe par le présent avis pour demander aux habitants concernés de se conformer à cette règlementation visant à garantir la sécurité de ses administrés. De même, l’autorité préfectorale voudrait mettre un accent particulier sur le déguerpissement des occupants anarchiques du trajet bourse du travail-mosquée Zongo, tout le long des rails de l’OCBN, lequel déguerpissement doit être effectif au plus tard le lundi 18 Juillet 2016.Tout contrevenant à ces dispositions s’exposera aux sanctions fixées par les présents arrêtés et au paiement d’amende allant de 10.000 à 100.000francs CFA selon le cas. Le préfet voudrait compter sur le patriotisme des uns et des autres pour la mise en application effective des arrêtés cités supra pour compter du 21 Juillet 2016.

Fait à Cotonou, le 15 Juillet 2016

Modeste S. TOBOULA.