Spread the love
Lazare_sèhouéto3M. le Président de la République,
M. le Premier Ministre !
 Quand un citoyen, fut-il député, tient des propos que par soi-même, on juge irresponsables, on ne les amplifie pas, à travers un communiqué officiel. Quand un citoyen tient des propos attentatoires à la loi et à la morale et sont d’une gravité exceptionnelle, on confie le cas au Procureur de la République et la Justice s’en occupe et tranche. Quand on constate qu’un malade a une température élevée, ce n’est pas en brisant le thermomètre qu’on baisse la fièvre. Notre maladie ici, c’est que les citoyens sont inquiets par rapport à Boko Haram. Ce ne sont pas les propos de Gbadamassi qui ont produit l’inquiétude. Elle existait. Au-delà de la candidature ou de l’élection d’un Lionel Zinsou. Dites nous ce que vous faites, – le cadre institutionnel existe pour donner les informations les plus  »secrètes » -, quelles dispositions vous prenez et qui pourraient nous rassurer? La France informe régulièrement ses citoyens vivant au Bénin de la situation sécuritaire  relative à Boko-Haram. Qui s’occupe des Béninois vivants au Bénin ? Occupez-vous des citoyens et non de Gbadamassi que vous avez formaté à votre goût, les dix dernières années. Occupez-vous de nous, s’il vous plait, Messieurs, nous sommes inquiets !!!