Spread the love

gustave-sononBenirail se substituera officiellement à l’Organisation commune Bénin-Niger (Ocbn) le 14 octobre prochain. En prélude à cet événement historique, la commission chargée d’inventorier les biens de l’Ocbn a tenu sa dernière session hier mercredi 7 Octobre 2015. Cette assise a connu la présence du Ministre des Travaux publics et des Transports, Gustave Sonon et de son homologue nigérien Saley Saïdou.

Le 14 Octobre prochain indique la date de la disparition de l’Ocbn. Ce même jour, le nouveau concessionnaire Bénirail prendra les rênes de la société. Ce dernier sera chargé de faire renaître les chemins de fer du Bénin et du Niger. Les différents travaux entrant de la cadre de la cession de l’Ocbn vont bon train. C’est du moins ce qu’augure la dernière session de la commission chargée d’inventorier les « passifs » et les « actifs » de la Société de chemins de fer en disparition. Ce processus de mise en concession de la ligne ferroviaire entre les deux pays a démarré depuis 2013 avec la signature par le groupe Bolloré et les Républiques du Bénin et du Niger, d’un mémorandum d’entente. Laquelle signature a été suivie de celle d’un autre mémorandum en vue de l’application du précédent, pour proposer l’objet et la dénomination de la société chargée de l’exécution du projet. Le Ministre des Travaux publics et des Transports, Gustave Sonon accompagné de son homologue Nigérien Saley Saïdou présents à la session tenue la commission chargée d’inventorier les biens de l’Ocbn, ont invité les membres de la commission à faire leur travail dans une totale impartialité, et avec toute la rigueur requise. Par ailleurs, le Ministre Saley Saïdou a confié que : «la construction et l’exploitation de la ligne des chemins de fer Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey sont prioritaires pour le Bénin et le Niger et constituent une réponse aux besoins accrus des opérateurs économiques des deux pays… Mais aussi une solution aux besoins d’intégration régionale et de développement économique». Selon lui, deux objectifs majeurs sont à atteindre par les travaux démarrés hier par la Commission d’inventaire. Le premier, c’est la validation des conclusions des rapports des experts-géomètres commis par le Bénin et le Niger en vue d’identifier les emplacements et de procéder à la délimitation et au contenu des biens immobiliers situés sur les territoires des deux pays ; le deuxième, c’est d’identifier les biens à mettre à la disposition du concessionnaire conformément au contrat de cession. En effet, le protocole d’accord qui a consacré la création de l’Organisation Commune Bénin-Niger des Chemins de Fer et des Transports (Ocbn) comme établissement public à caractère industriel et commercial a été signé le 5 Juillet 1959.

Inès Zounnon