Spread the love
Philippe-Noudjènoumè, le premier secrétaire du Parti communiste  béninois
Philippe-Noudjènoumè, le premier secrétaire du Parti communiste béninois

Le Parti Communiste du Bénin est l’une des formations politique ayant soutenue la candidature de  Patrice Talon mais estime que son 1er gouvernement n’est pas à la hauteur des attentes du peuple béninois. A travers un communiqué en date du Jeudi 7 avil, le PCB lance un pavé dans la marre du nouveau départ.

( Lire ci-dessous le texte du parti)

Premier gouvernement du Président Patrice TALON, un gouvernement qui ne rassure pas sur l’accomplissement des exigences populaires

Le premier gouvernement du Président Patrice TALON est connu depuis hier. En gros, 21 ministères. Un gouvernement, c’est une mission et des hommes. Quelle est la mission qu’on peut lire à travers le choix du peuple porté sur le Président TALON le 20 mars dernier ? La mission que le peuple béninois confie au Président TALON en l’élisant massivement, c’est outre le rejet de la recolonisation, la rupture d’avec la gestion chaotique et scabreuse de YAYI Boni.

Cette gestion est caractérisée, comme on le sait, par les crimes politiques et les scandales financiers les plus rocambolesques (Maria-gléta, siège de l’Assemblée Nationale, ICC services,…). Le peuple béninois, en portant son choix sur le président TALON veut que ces crimes soient éclaircis, que leurs auteurs soient identifiés et punis. Mais que nous offre l’image du gouvernement actuel ? Des hommes dont certains sont ou auteurs de ces scandales, ou à tout le moins complices par leur silence. Que peut-on attendre par exemple de l’éclaircissement des scandales Maria-gléta, ICC-services, du scandale foncier domanial à Cotonou (avec des dossiers qui trainent encore en justice) lorsque les personnes chargées de les gérer aujourd’hui ont elles-mêmes à répondre de ces dossiers ?

C’est dire qu’en attendant des actes du nouveau gouvernement, le peuple est en droit de s’inquiéter sur l’accomplissement de ces exigences populaires à travers les hommes chargés désormais de leur gestion. Du reste, la compétence ne se comprend pas dans un domaine politique comme le nôtre si elle n’est pas entièrement corrélée avec une politique et celle aujourd’hui populaire, c’est celle du patriotisme, de l’intégrité. Par rapport à ces exigences, la configuration du premier gouvernement de la rupture laisse largement le peuple béninois sur sa faim.

Cotonou, le 07 avril 2016
Le Parti Communiste du Bénin