Spread the love

david-babLe Bénin a atteint les objectifs du millénaire pour le développement en matière d’approvisionnement en eau potable des populations, soit 75%. Pour informer l’opinion publique sur les initiatives entreprises pour parvenir à ce taux la Direction générale de la Société nationale des eaux du Bénin (Sonèb) a organisé une conférence dans ses locaux ce vendredi 24 Juillet 2015.

Faire l’état des lieux de l’alimentation en eau potable au Bénin. C’est l’objectif de la conférence de presse organisée dans la matinée de ce vendredi 24 Juillet 2015 dans les locaux de la direction générale de la Société nationale des eaux du Bénin (Sonèb). En effet, le Bénin a atteint le taux de 75% fixés par les objectifs du millénaire pour le développement en matière d’accès à l’eau potable pour l’horizon 2015. Le Directeur Général de la Sonèb, David Babalola a expliqué que d’un taux de 38% de populations alimentées en eau potable en 2004, le Bénin est passé à un taux de desserte de 74% en 2015, soit désormais 2.603.249 de personnes convenablement alimentée, contre moins d’un million il y a dix ans. Pour aboutir à cette performance de son système d’alimentation en eau potable en milieu urbain et périurbain et satisfaire sa quête d’atteindre un taux d’alimentation de 82% à la fin de l’année 2015, la Sonèb a entrepris une série d’actions. Malgré toutes ces actions, la Sonèb entend œuvrer davantage pour satisfaire les 100% de Béninois en alimentation d’eau potable. Pour réaliser cette ambition, elle compte sur plusieurs projets dont quelques uns sont : le projet d’alimentation et de renforcement en eau potable des systèmes d’alimentation des villes de Comè, Bantè, Kétou, le projet d’alimentation en eau potable de la ville de Djougou, le Projet d’approvisionnement en eau potable de la ville de Parakou récemment ratifié par les députés. Cependant, les journalistes présents à cette conférence ont émis différentes préoccupations dont l’une d’elle concerne le Projet de Parakou. Ainsi, à la question de savoir si des mesures ont été prises pour la poursuite du projet au cas où le bailleur hollandais suspendrait son financement, David Babalola a rassuré les participants sur l’accord signé de la Banque Ouest Africaine de Développement (Boad) pour venir en rescousse dans ce cas.

Inès Zounnon