Spread the love

limitesUn séminaire régional sur le programme de protection des aires protégées W-Arly-Pendjari dénommé WAP se déroule depuis ce mardi 25 avril 2017 au Novotel Hôtel de Cotonou. C’est une initiative de l’union européenne qui veut protéger le patrimoine faunique en luttant contre le braconnage et toutes les autres formes de criminalité faunique.

La rencontre réunit les autorités de la police nationale et française, des cadres de l’administration béninoise et bien d’autres responsable du Niger et du Burkina-Faso. Elle permettra de mettre sur pied un dispositif performant de sécurisation de la région frontalière Niger, Burkina, Bénin. Des mécanismes qui favoriseront le développement de cette zone frontalière mais aussi sécuriseront les populations environnantes. A en croire le colonel Bruno Manin, attaché de sécurité intérieur à l’ambassade de France au Bénin, l’une des manières de développer les régions où se trouvent ces parcs, c’est le tourisme et si l’on veut développer le tourisme, il faut assurer la sécurité des touristes qui viendront, la sécurité pour la population environnante et des animaux sauvages a-t-il déclaré. Pour le directeur général de la police nationale Idrissou Moukaila, sécuriser les aires protégées reste une urgence. Le patron de la police nationale estime qu’il faut parer au plus pressé en mettant en place des mécanismes de lutte contre la criminalité faunique.

Marcus Koudjènoumè