Spread the love

le Promoteur Philipe SEDJRO entrouré de ses associésDans deux ans, le Bénin va devenir une référence dans le décorticage du riz étuvé dans toute l’Afrique francophone. Les travaux d’une usine référence ont été lancés ce samedi 24 novembre 2018  à Djinoukoui dans la commune de Djidja, par Rufino d’Almeida, directeur de cabinet du ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement en présence des autorités communales et locales, ainsi que des populations sorties massivement.

L’usine est d’une capacité totale de 190 mille tonnes par an. Ses travaux vont coûter 75 milliards de francs Cfa, entièrement financés par des banques brésiliennes. « Ce que nous souhaitons de la part de l’Etat béninois, ce n’est pas les moyens, mais plutôt les facilités administratives pour que le projet soit conduit à bon port. Nous, on est prêt à y mettre les moyens DCmatériels et financiers indispensables », a déclaré Antonio Reis, représentant de la partie brésilienne.

En plus des moyens, la partie brésilienne va apporter une technologie qui pourra faire école dans la sous-région. Les travaux de construction de cette usine de riz vont durer 24 mois et occuper une bonne partie de la jeunesse de la localité. « C’est un grand jour pour la commune de Djidja et pour notre pays. Ce projet que nous avons porté depuis des années entre dans sa phase active. Dans moins de deux ans, vous verrez sur ces lieux une gigantesque infrastructure, la plus grande usine de riz de l’Afrique francophone », s’est réjoui Philipe Sèdjro, président de la Société Cliwanix Groupe S.A, principal prometteur du projet dénommé Société d’Industries Agricoles du Bénin (Ciab).

 

Ensuite, il a remercié les autorités du ministère du Plan et du Développement, plus particulièrement Rufino d’Almeida, directeur de cabinet du ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané, pour son implication personnelle. « Nuit et jour, il est à nos côtés. Il nous a dit que tant qu’il y aura des opportunités d’emplois en jeu, nous le verrons à nos côtés. A travers lui, c’est à tout le gouvernement que nous adressons nos sincères remerciements pour leur accompagnement », a-t-il poursuivi.

la photo de familleL’usine de décorticage du riz étuvé de Djidja va offrir, en effet, plus de 884 emplois directs et des milliers d’emplois indirects, prioritairement aux fils et filles du plateau d’Abomey. C’est pourquoi Rufino d’Almeida a rassuré les promoteurs de l’accompagnement du gouvernement béninois. «Je vous livre une confidence. L’autorisation des exonérations que vous avez demandée est effective. Elle vous sera communiquée dans les tout prochains jours par une lettre officielle. Vous pourrez toujours compter sur nous pour la suite du projet », a confié Rufino d’Almeida. Avec ce projet, le Bénin pourrait devenir la plaque tournante de la production du riz dans la sous-région. La capacité de cette usine peut permettre d’accueillir du riz venant d’autres pays.