Spread the love
Cartes-sur-table-22-octobre
Alexandre Biaou et l’animateur de l’émission en studio

Le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) démarrera le 1ernovembre prochain. Le Directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae), Alexandre Biaou, a situé l’opinion sur les contours de l’opération,  ce dimanche 22 octobre 2017.

Alexandre Biaou est largement revenu sur les nombreux avantages du Ravip. Entre autres avantages, l’on retiendra que chaque citoyen aura désormais un numéro personnel d’identification, avec possibilité de disposer d’une carte d’identité biométrique. Avec l’avènement du Ravip, le Bénin pourra se mettre au même niveau que les pays modernes d’autant plus qu’il permettra de disposer d’une base fiable de données nationales pouvant renseigner sur l’ensemble des citoyens béninois et étrangers. Ceci avec toutes les précisions possibles : quece soit l’identité, la photo et l’empreinte digitale. Selon Alexandre Biaou, les citoyens qui sont sans acte de naissance pourront trouver une solution à ce problème. En même temps que le Ravip servira d’outil de pilotage des politiques de développement, il participera à la modernisation de la gestion administrative. Au sujet du mode opératoire du recensement du 1er novembre 2017, l’on retient que c’est l’Agence nationale de traitement (Ant) qui est chargée de mettre en œuvre le recensement. L’Institut  national de statistique et de l’analyse économique (Insae),quant à lui, jouera un rôle de contrôle de qualité, renseigne le Directeur général de l’Insae.

 Le Ravip n’abrogera pas la Lépi

  Le technicien souligne que l’opérateur français Safran vient en appui à l’Ant en apportant le matériel et les logiciels. Parlant de la sécurisation des données, l’invité de Cartes sur table estime qu’il n’y a pas de crainte. « La confidentialité est garantie puisqu’il y a déjà un centre de stockage avec des serveurs sécurisés mis en place au Hall des Arts de Cotonou. On a aussi l’arsenal juridique, c’est-à-dire la loi sur la protection des données personnelles dont la Cnil assure la veille. « Le Bénin n’a jamais souffert de problème de sécurisation des données personnelles. Ce sont des acquis mais je reconnais que nous devons être vigilants », indique le technicien. Ce dernier confirme la date du 1er novembre prévu pour le démarrage de  l’opération qui durera six mois et concerne tous les citoyens de 0 à x an. « Nous irons de village en village, quartier en quartier pour prendre en compte tout le monde. Les points d’enregistrement sont déjà connus et les élus locaux sont associés », ajoute-t-il. « Le Ravip ne prend pas en compte une quelque élection à venir et ne vient pas non plus abroger l’existence de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) », précise le Directeur général de l’Insae.

Marcus Koudjènoumè