Spread the love

Bio-BigouLe Secrétaire général du Parti Front Africain pour la Restauration, la Réconciliation et l’Emergence (Farre), Léon Bani Bio Bigou a animé hier dimanche 24 avril 2016, une conférence de presse au Codiam à Cotonou. Elle a portée sur la restitution des résultats du forum sur la contribution à la réflexion portant participation à la gestion active du pouvoir par le parti Farre organisé les 15, 16 et 17 avril dernier à Parakou. C’était en présence des acteurs politiques et de la société civile, des professeurs d’université ainsi que des militants et sympathisants du parti Farre.

A l’entame de cette rencontre, le Secrétaire général du Parti Farre, Léon Bani Bio Bigou a situé le contexte de cette conférence de presse, la 3e du genre depuis la création du parti en avril 2010. Pour lui, c’est la réunion du bureau politique, le samedi 02 avril 2016, pour analyser la situation politique nationale, que les questions d’inversion des valeurs ont été soulevées et le Farre dans ses actions s’est imposé un devoir militant de pouvoir se distinguer à travers ses efforts de tendre vers l’exemplarité. C’est de là que le bureau politique a donné son accord pour organisé un forum de réflexions approfondie sur certains concepts, dont ceux de la rupture et de nouveau départ. Elle s’est articulé autour du thème : « la place de l’idéologie dans le système partisan du Bénin pour une nouvelle dynamique politique nationale : ruptures, entraves et opportunités pour les partis politiques », décliné en six autres sous thèmes. Il a ensuite présenté les résultats de ce  forum sur la contribution à la réflexion portant participation à la gestion active du pouvoir par le parti organisé les 15, 16 et 17 avril dernier à Parakou à travers trois grands points. Il s’agit des résultats atteints dans la clarification opérationnelle des concepts,  des résultats atteints dans les types de domaine, secteurs de rupture et nouveau départ  et enfin des résultats atteints au niveau de la réflexion sur les rapports entre « Rupture » et »nouveau départ ». Pour ce qui concerne, le premier point, il a été consacré à la clarification de vingt deux concepts. Des vingt deux concepts, il a mis un accent particulier sur le concept de la rupture, du nouveau départ et de la citoyenneté. Pour ce qui est du second point, relatif aux résultats atteints dans les types de domaine, secteurs de rupture et nouveau départ, il a identifié à ce niveau dix types de rupture. Pour ce qui est du dernier point, il a montré que le concept de nouveau départ laisse supposer l’arrêt d’un processus, d’un phénomène pour des ajustements ou des abandons, selon les cas. Pour lui, la rupture rime avec le nouveau départ.  En somme, il ressort de la présentation des résultats que les partis politiques sont les leviers irremplaçables pour la promotion d’une démocratie de développement. Les membres de ce parti se disent donc convaincue que c’est en réalisant la reforme du système partisan, comme priorité des priorités qu’on peut réussir les autres réformes avec une participation consciente des villes et campagnes du Bénin. Selon eux, les concepts rupture et nouveau départ prônés par le président Patrice Talon ont des liens étroits, mais le plus important est la nation.  Les Etats subsaharienne sont des pays, des républiques, mais ils ne sont pas encore des nations. Il faut encore des efforts pour les peuples africains pour advenir à  l’étape  de la nation. Cet effort d’édification de la nation doit aller de paire avec la promotion des droits humains. De ces différents résultats, les membres du Farre ont souhaité  que soit mis dans chaque bureau de l’administration publique l’article 37 qui stipule que : « les biens publics sont sacrés et inviolables. Tout citoyen béninois doit les respecter scrupuleusement et les protéger. Tout acte de sabotage, de vandalisme, de corruption, de détournement, de dilapidation ou d’enrichissement illicite est réprimé dans les conditions prévues par la loi ». Le Parti Farre croit à la renaissance des valeurs politiques, au Bénin. Elle est une réalité qui conditionne le renforcement de la démocratie, et seules les valeurs font le bien des hommes et des femmes et il faut les restaurer au Bénin et en Afrique.  En fin de propos, les membres de ce parti ont exhorté  les dirigeants du nouveau départ à veiller à l’attitude des donneurs de leçon au Bénin et à l’Afrique. Selon eux en matière de rupture, il faut toujours rompre avec les actions de violence de l’Etat contre les populations car pour des responsables politiques avisés, ce sont des signes de faiblesse.

Léonce ADJEVI