Spread the love

eric-houndete1Les deux questions d’actualité formulées par le député Eric Houndété à l’adresse du gouvernement n’ont pu être examinées comme prévu à la séance plénière tenue à l’Assemblée Nationale hier, jeudi 1er Octobre 2015. En effet, le gouvernement de Yayi Boni a annoncé ne pas être prêt pour répondre aux préoccupations du Vice- Président de l’Assemblée Nationale.

Les deux questions de l’honorable Eric Houndété sont relatives à la boucle ferroviaire en cours de construction par le Groupe Bolloré et à la dissolution de l’Inspection Générale d’Etat par le gouvernement. En effet, ces deux questions qui ont respectivement été adressées le 27 Août 2015 et le 25 Juin 2015 au gouvernement étaient prévues être examinées au cours de la séance plénière tenue à l’hémicycle ce 1er Octobre 2015. Mais, elles n’ont pu l’être parce que le gouvernement a annoncé ne pas être prêt pour l’exercice. Eric Houndété a fustigé cette attitude du gouvernement qui selon lui devrait l’informer par écrit conformément aux dispositions des textes en vigueur à l’Assemblée Nationale. Ainsi, Eric Houndété qualifie cet acte du gouvernement d’une fuite en avant ou une manœuvre pour escamoter ses préoccupations. Le vice-président de l’Assemblée Nationale a alors résolu conformément au règlement intérieur du Parlement, de transformer les deux questions d’actualité en questions orales avec débat. Ce qui oblige le gouvernement à s’expliquer pour permettre au Parlement de faire le débat. Cette approche a reçu l’accord favorable du président de l’Assemblée Nationale, Adrien Houngbédji qui a annoncé que le bureau doit se réunir le plus tôt possible pour formaliser cette demande du député Eric Houndété. Les deux dossiers pourraient donc être programmés pour le jeudi 8 octobre prochain. Pour cette fois, l’unique alternative pour le gouvernement de Yayi Boni sera certainement de se prêter aux préoccupations de l’honorable Eric Houndété. Il est important de noter qu’à cette même tenue hier au parlement, les députés de la 7e législature ont autorisé la ratification d’un accord de prêt d’un montant de 22 milliards F CFA au profit du Projet d’urgence de gestion environnementale en milieu urbain (Pugemu). Cet accord de prêt a été signé le 24 Juin 2015 entre la République du Bénin et l’Association internationale de développement (Aid) dans le cadre du deuxième financement additionnel du Pugemu. Cette ratification devrait permettre au Bénin d’intensifier les travaux en cours d’exécution pour juguler les effets négatifs des inondations, d’assurer un environnement durable et d’améliorer les conditions de vie des populations.

Inès Zounnon