Spread the love

Amousouga-geroL’outil de mesure de performance au niveau de la gouvernance économique et politique que prône le mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep) se donne plus de visibilité et affiche son engagement. C’est à la faveur de la semaine du Maep et du colloque sur le thème démocratie et bonne gouvernance en période électorale. C’était hier lundi au palais des congrès de Cotonou.

La séparation des modes de collaboration nord sud basée sur des règles et pratiques de stabilité politiques et de bonne gouvernance économique que promeut le mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep) continue et s’enracine davantage. C’est à travers une double cérémonie d’ouverture de la semaine du Maep et du colloque sur le thème démocratie et bonne gouvernance en période électorale. Nouvelle approche conçue, processus d’apprentissage pour une véritable intégration du continent africain dans une économie beaucoup plus mondialisée. Pour le ministre en charge des OMD, Géro Amoussoga, « le Maep est un mécanisme mis en place par les africains eux-mêmes et auquel les Etats membres adhèrent volontairement en vue de l’adoption de politique, de normes et de pratiques susceptibles de garantir la promotion de la stabilité de politique, de croissance économique élevée et l’intégration économique sous régionale et continentale accélérée à travers l’échange d’expérience ».

Il est à souligner que c’est en mars 2004 que le Bénin a signé le mémorandum d’entente sur le mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep).

Judith Rolande CAPO-CHICHI