Spread the love
prefet-badarou-et-maire-zossou
Le préfet Badarou (à gauche) et le maire Zossou ensemble pour un bon départ

A l’instar des autres Communes, la capitale du Bénin aussi a célébré le 55ème anniversaire de l’indépendance du Bénin. C’était l’occasion pour le tout nouveau maire, Emmanuel Djima Zossou, de dire son engagement à faire de la ville de Porto-Novo, une ville moderne.

Le dépôt de gerbe au monument aux morts, le défilé militaire et civil, les réjouissances populaires sont les temps forts de cette fête placée sous l’autorité du Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, Moukaram Badarou. A ses côtés, pour la circonstance, il y avait le nouveau maire, Emmanuel Zossou, les conseillers municipaux, les sages, têtes couronnées et personnalités politiques. Deux messages, celui du préfet et celui du maire, ont agrémenté cette fête. Moukaram Badarou a réaffirmé la nécessité pour chaque Béninois de prioriser le Bénin en tout temps et en tout lieu. Quant au tout nouveau maire de la ville de Porto-Novo, Emmanuel Zossou, il a insisté sur les défis de l’environnement, de la gouvernance et de la modernité. En ce qui concerne le premier point, ce dernier entend travailler à faire de Porto-Novo une ville attrayante, à travers des projets : « Porto-Novo ville propre » ; « Porto-Novo ville arborée » et « Porto-Novo ville fleurie » afin que les filles et fils de cette localité puissent être fiers d’y ramener leurs amis. Sur le plan de la gouvernance, le maire Zossou explique que le Conseil municipal travaillera à faire de la capitale, une ville intelligente où siègera la promotion du numérique. S’agissant de la responsabilité, Emmanuel Zossou ambitionne de faire de Porto-Novo, une ville responsable où la gestion durable et efficace des maigres ressources soit promue. Son souhait est qu’au terme de son mandat, la gestion municipale soit informatisée et que chaque jeune femme, chaque jeune homme, chaque habitant de Porto-Novo puisse profiter des avantages des nouvelles technologies qui constituent désormais un important levier de développement.

 Thobias G. Rufino (Br Ouémé-Plateau)

 Le Zou et les Collines ont fêté dans la sobriété

Bien qu’il coïncide avec le renouvellement des Conseils communaux, le 55ème anniversaire de l’indépendance du Bénin n’est pas passé inaperçu dans les départements du Zou et des Collines. Abomey le chef-lieu, a accueilli les manifestations officielles présidées au niveau départemental, par le préfet Armand Maurice Nouatin en l’absence des élus locaux. Aucun maire, encore moins, celui de la ville hôte n’a pu faire le déplacement. Cependant, les habitants de la ville d’Abomey et environs ne se sont pas empêchés de vivre en live comme à l’accoutumé la parade militaire et civile. Très tôt le matin, ils ont donc pris d’assaut la place historique de Goho pour être les témoins de l’évènement. Malgré l’environnement insalubre des lieux, ils sont restés jusqu’au bout. Lors de son discours de circonstance, l’autorité de tutelle a invité les natifs d’Abomey à s’unir autour du développement de la capitale historique du Bénin. Dans les autres Communes du Zou et des Collines, la tradition a été aussi respectée sauf qu’ici, elle s’est limitée au dépôt de gerbe et aux allocutions. Les élus locaux, préoccupés par les élections, n’ont pas accordé une attention particulière à l’organisation du 1er août, édition 2015. A Zagnanado, on a noté un désintéressement de la population à l’égard de cette fête nationale. Les quelques uns qui ont pu faire le déplacement ont reçu le message du maire, Symphorien Misségbétché, avec enthousiasme. « Au-delà des réjouissances populaires, a-t-il souligné, le 1er août doit être perçu comme une occasion du renouvellement de l’engagement des élus à servir la Nation », a-t-il indiqué. Il en a profité pour lever un coin de voile sur les défis de développement à relever cette année dans les secteurs de l’eau, de l’éducation et de la santé. Et pour parvenir aux résultats escomptés, il a estimé que nul ne sera de trop dans la bataille. Ainsi, il a invité les natifs de Zagnanado, toutes tendances confondues à soutenir le nouveau Conseil dans sa vision de développement de la Commune.

 Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)

 Lokossa : Le Conseil communal brille par son absence

Contrairement aux autres Communes des départements du Mono et du Couffo, la commémoration de la fête de l’indépendance s’est déroulée sans la présence des membres du Conseil communal de Lokossa. Ils ont, à l’appel de leur leader, Dakpè Sossou, décidé de ne pas assister à cette fête du premier août. A en croire l’ex maire, Dakpè Sossou, plusieurs raisons militent en faveur de cette décision. Il a avoué que cette décision qu’il a prise est juste pour manifester son mécontentement contre le régime en place pour les infrastructures sociocommunautaires inachevées. « Je refuse de prendre part à cette fête du 1er août. Je ne veux pas cautionner les promesses non tenues du Pouvoir en place. Depuis que le gouvernement a promis réfectionner le terrain de sport et mettre le gazon sur le terrain de jeu, rien n’a été fait. Les logements sociaux sont actuellement en état de destruction alors qu’ils sont construits pour les paisibles populations. Je demande à toute la population de Lokossa de rester chez elle pendant la fête. Nous n’allons pas cautionner cela », a-t-il précisé à la veille de la commémoration de la fête. Ainsi donc, la célébration de cette fête de l’indépendance a beaucoup souffert de l’absence du conseil communal, car bon nombre de citoyens soutenant le maire n’ont pas pu faire le déplacement.

 Claude Ahovè (Br Mono-Couffo)

 Klouékanmè célèbre l’événement avec faste

La fête de l’indépendance a été célébrée avec faste dans la Commune de Klouékanmè. Et pour cause, les populations de la Commune ont pris d’assaut, le samedi 1er août, la place des martyrs pour assister à la célébration du 55ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. Accompagné de Gérard Gbénonchi et du chef de la brigade de la localité, le maire de la commune de Klouékanmè, Christophe H. Mégbédji a procédé, dans la matinée, du 1er août, au dépôt de gerbe. Après cette étape, le porte-parole des jeunes et l’honorable Gbénonchi ont salué les mérites du maire Mégbédji et l’ont invité à faire plus d’exploits à la tête de cette Commune de Klouékanmè. Profitant de l’occasion, le maire Christophe Mègbédji a présenté, à la population, un bilan élogieux de ses deux mandats et l’a invitée à l’accompagner dans sa mission. Notons que la cérémonie a pris fin par un défilé civil.

 C.A (Br Mono-Couffo)

 Un défilé militaire à Parakou

Placées sous le signe de la sobriété, les festivités entrant dans le cadre de la célébration du 1er août 2015 dans la ville de Parakou ont été marquées par un défilé militaire et civil. Selon le maire sortant, Soulé Alagbé, la morosité économique que vit le pays a amené les autorités politico-administratives à faire cette option. Le de dépôt de gerbe à la place ‘’Hubert Koutoukou Maga’’ a été fait par le préfet, Salamatou Kora Ponou, accompagnée du maire Soulé Alagbé et du chef de corps, Faïzou Gomina, commandant du camp militaire de la ville. Quant au défilé, il a fait à la place Bio Guèra où on pouvait voir les membres du conseil municipal avec à sa tête le tout nouveau maire, Karimou Souradjou. L’exécution de l’hymne national et la revue des troupes ont annoncé le défilé. Les différents détachements de policiers, douaniers, gendarmes, sapeurs-pompiers et militaires ont offert une véritable parade aux officiels et à la population qui a fait le grand déplacement. Le défilé motorisé des forces armées a précédé celui des scouts, des majorettes ’’Hubert Koutoukou Maga’’ de Parakou et celui des civils que clôture la cavalerie de la ville. Dans l’ensemble, les autorités et les populations ont dit toutes leurs satisfactions. La fête s’est achevée par la finale de la coupe de l’indépendance au niveau départemental remportée par la Commune de Malanville au détriment de Pèrèrè avec un score de 03 buts à 02. Le nouveau maire de Parakou a invité les populations et l’ensemble des conseillers municipaux à se joindre à lui afin de booster le développement de Parakou afin d’en faire, une ville de référence dans la sous-région.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)