Spread the love
talon-un-mandat
Plus de doute, Talon ne sera plus candidat

Patrice Talon légalise son ambition de ne plus revenir au pouvoir. Le 4ème président de la République du Bénin de l’ère du renouveau démocratique, a réitéré dans le projet de loi portant modification de la Constitution du 11 décembre 1990, son ardent vœu de ne faire qu’un seul mandat. Pour renforcer les dispositions constitutionnelles dans ce sens, le président Talon a fait inscrire qu’aucun « ancien président ne peut prétendre être candidat ». Dès lors, il ne donne aucune possibilité à son prédécesseur, Yayi Boni, d’être candidat en 2021, au même titre que lui. De fait, le président Talon est sur les traces du panafricaniste Nelson Mandela. D’après le compte rendu du ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, Pascal Koupaki, le projet de loi de modification de la Constitution institue le mandat unique de 6 ans. Une nouvelle phase s’ouvre sur le débat de la révision de la Constitution. Car, le projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale du projet de loi portant révision de la Constitution met un terme au travail effectué par la Commission Djogbénou et les consultations initiées par le président de la République. Par ailleurs, ledit projet de loi portant révision de la Constitution parviendra incessamment aux députés. Les débats parlementaires suivront à la prochaine session, conformément aux dispositions des articles 154 et suivants de la Constitution qui ont prévu les mécanismes de sa révision. Deux préoccupations majeures focalisent les débats : le mandat unique et la possibilité éventuelle pour le peuple de se prononcer. A la lumière des dispositions constitutionnelles, les débats parlementaires édifieront le peuple béninois qui, en réalité, ne donne que caution au travail des députés. En clair, même si le projet de révision était éventuellement porté à l’appréciation du peuple, il ne fera qu’approuver l’œuvre de ses représentants.

Jean-Claude Kouagou