Spread the love
Marcel de sou
Marcel de Souza

Le ministre Marcel de Souza justifie sa présence au sein de l’hémicycle dans la nuit du mardi dernier, au moment de l’élection du bureau de l’Assemblée nationale. Alors qu’il avait signé une procuration en son nom, il s’était présenté en personne dans la salle de vote. Cet après-midi face à la presse dans l’enceinte de son ministère, l’élu de la 16ème circonscription a expliqué qu’il n’a pas supporté que sa procuration soit remise à un député qu’il ne connait même pas, pour voter à sa place. « C’est une humiliation ; j’ai du me présenter pour voir celle qui devrait voter à ma place », s’est défendu Marcel de Souza, avant d’ajouter que « si c’était à refaire, je le referai parce qu’on ne m’a pas fait confiance. J’ai du défendre mon honneur en allant voter ».

En revanche, Marcel de Souza, le frère ainé de l’épouse du chef de l’Etat a balayé du revers des la main l’accusation selon laquelle, il aurait trahi les Forces cauris pour un Bénin émergent, en portant son suffrage sur Maitre Adrien Houngbédji au lieu de son collègue de l’économie et des finances Komi Koutché, pour le perchoir. Il dit ne pas être le «  Juda » de son collègue avant de rejeter le tort sur la famille politique présidentielle. « Tous les problèmes viennent des Fcbe ; personne ne ternira mon image », a-t-il avancé avant de conclure qu’il n’est pas du tout exclu qu’il siège au parlement.

Marcel de Souza n’en est pour rien

Le ministre du développement a fait d’une pierre deux coups en se prononçant officiellement pour la première fois sur l’affaire « Ppea », du nom de ce projet néerlandais dont les trois milliards alloués ont disparu, et qui a contraint son ancien collègue Barthélémy Kassa à démissionner. Marcel de Souza a nié sa responsabilité car dit-il, le ministère du développement n’est nullement engagé ; le ministère n’a fait que coordonner le projet, avant de répondre à Rosine Soglo. La doyenne d’âge de l’assemblée nationale l’avait accusé de trainer des cadavres dans ces placards. « Je n’ai pas de cadavres dans mes placards. Même les aveugles voient des cadavres dans mes placards »’ a ironisé celui, qui désormais est entrain de prendre ses distances vis-à-vis de Boni Yayi.

Abib Ishola Arouna