Spread the love

CARTE SUR TABLEDeux femmes du parti Résoatao étaient sur l’émission cartes sur table de Océan fm ce dimanche 11 octobre. Eliane Dahoui Saïzonou, présidente nationale des femmes du parti et Laure d’Almeida membre du même parti ont donné une visibilité à cette formation qui compte déjà trois ans d’existence sur l’échiquier politique national.

Le bilan du Rassemblement des élites pour un succès objectif par une alternance triomphale avec des actions orientées Résoatao se situe à deux niveaux à savoir le bilan politique et celui social. D’après les explications de la présidente nationale des femmes du parti Résoatao, plusieurs actions ont été menées au niveau social. Constructions des modules de classes, dons de kit aux élèves chaque année, dons de cadeaux de Noël pour les enfants, la prise en charge et la scolarisation des enfants en situation difficile, les dons de moto aux conducteurs de taxi-motos communément appelés ‘’zémidjans’’ et l’octroi de microcrédit aux femmes sont entre autre les œuvres qui caractérisent ce parti dont le député de la 16ème circonscription électorale Atao Hinnouho à la charge. Selon Eliane Dahoui Saïzonou, la participation du parti aux différentes élections en 2015 avec des résultats satisfaisants témoigne de la force dont dispose le Résoato dans le domaine politique. Un parti qui à en croire les invitées ira à l’élection présidentielle de 2016 avec un candidat qui sera désigné lors des primaires à venir. Laure d’Almeida affirme d’ailleurs que le projet de société de cette formation prendra en compte toutes les préoccupations des béninois. Au sujet des candidatures des hommes d’affaires, les femmes ne trouvent aucune objection à cette situation puisque selon elles, les textes de la République permettent à ce que tout béninois qui en a les capacités puisse briguer à la magistrature suprême. Elles ont néanmoins déploré la pléthore de candidature et souhaitent à ce que la caution à déposer dans ce cadre soit revue à la hausse afin de limiter les candidatures fantaisistes. A quand une femme présidente à tête de la République du Bénin ? A cette question, Eliane Dahoui Saïzonou propose que les femmes qui aspirent à la fonction de chef d’État ne se lèvent pas du néant et qu’elles fassent du chemin en passant par les postes d’élus locaux ou communaux ou encore représentante du peuple à l’assemblée nationale. Pour Laure d’Almeida, ‘’ce sont les femmes qui sont les problèmes des femmes’’. Au sujet de la gouvernance de Yayi Boni ces dix dernières années, les invitées de façon unanime pensent que le chef de l’État a fait de son mieux même si tout n’est pas rose, elles souhaitent que le prochain président continue les œuvres entamées par l’actuel locataire de la Marina. Pour ce qui concerne le vote du député Atao Hinnouho contre la levée de l’immunité de son collègue Barthélémy Kassa dans l’affaire Ppea 2, Eliane Dahoui Saïzonou et Laure d’Almeida estiment que leur leader est libre d’opérer ses choix.

Marcus Koudjènoumè