Spread the love

MaoulouddLa Communauté Musulmane célèbre ce mercredi 23 décembre 2015 la fête de la naissance du prophète Mahomet. La commémoration de cette fête encore appelée « Maouloud », revêt un sens particulier pour les fidèles musulmans. A l’occasion de sa célébration, une équipe de notre rédaction s’est rapprochée de l’Iman de la Mosquée de Zogbadjè, l’islamologue Latifou Séïbou Abalou Fey. Il nous apprend davantage sur le Maouloud.

Qu’est-ce que la fête du Maouloud représente pour la communauté musulmane ?

Maouloud, c’est une culture. Ce n’est pas une fête pour la Communauté musulmane.

Et ça représente quoi concrètement ?

C’est la naissance du prophète Mohamed. Il fête la date de naissance du prophète Mohamed.

Comment est-ce que le Musulman doit-il commémorer cette culture de la naissance du prophète Mohamed ?

En réalité, ça n’existe pas dans la communauté musulmane. Cela ne devrait pas exister parce que le prophète Mohamed n’a pas recommandé à sa communauté de fêter sa naissance. Cependant d’autres savants ont souhaité qu’il faille se rappeler de la naissance du prophète Mahomet. C’est delà que cela a pris la naissance du Maouloud. Maintenant le Maouloud a ses caractéristiques qui déterminent, d’une part si c’est licite et d’autre part si c’est illicite. Le Maouloud est illicite si ce que contient Maouloud est licite et illicite si tout ce que contient le Maouloud est illicite.

 Qu’est-ce qu’on peut entendre par licite ou illicite dans la conception du Maouloud ?

Je suis entrain de dire que ce n’est pas une fête musulmane. C’est une culture et quand on dit culture, on regarde ce que contient cette culture. Si cette culture est licite, je veux dire quoi, si c’est permis par la législation musulmane, là c’est accorder. Maintenant si ce n’est pas permis par la législation musulmane, ce n’est pas licite. Je veux dire, au cours du Maouloud, si vous rassemblez les gens et réciter le coran, les recueils du prophète Mohamed, donner son histoire ; si ce n’est que ça, c’est licite. Là, c’est permis. Maintenant, si vous rassemblez, les gens, les garçons, les filles, pour fêter ensemble et faire du désordre, là ce n’est pas licite.

Comment est- ce que la communauté musulmane arrive à choisir une date chaque année pour la commémoration du Maouloud ?

En réalité, il y a la date selon la naissance du prophète Mohamed qui n’est pas conforme aux dates que nous utilisons. C’est ce qui fait que les gens constatent que cette date ne respecte pas les choses. Sinon en respectant l’hégire, ceux qui savent cette date respectent toujours la date normale par rapport à la naissance du prophète Mahomet.

Une exhortation aux fidèles musulmans pour finir cet entretien…

Ce que je peux demander à la Communauté musulmane, c’est que créer une fête que le prophète Mohamed n’a pas instauré, c’est que le prophète Mohamed nous dit. Celui qui pose un acte que je n’ai pas recommandé à ce qu’il pose, c’est-à-dire les conséquences de cet acte là, lui revient. Si tu pose un acte licite, les retombées de cet acte te reviennent. Si c’est licite ou illicite, les retombées te reviennent. Donc, nous avons intérêt à ne pas poser des actes que le prophète Mohamed n’a pas recommandés.

Propos recueillis par Rostand HOUESSE

Transcription : Léonce ADJEVI