Spread the love
Boni Yayi soucieux de la l'emploi des jeunes
Boni Yayi soucieux de la l’emploi des jeunes

Ils se bousculent pour se faire une place sur la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent dans la 15ème circonscription électorale. Ils, ce sont les militants qui ne sont que l’ombre d’eux-mêmes. Tous les moyens sont permis. Croc-en jambes, trahison, sabotages, exclusion. Un mauvais présage pour la famille présidentielle.

La guerre de positionnement fait rage chez les Fcbe dans la 15ème circonscription électorale. Une situation qui échappe au contrôle des dirigeants de l’alliance politique qui incarne les idéaux du chef de l’Etat. Que se passe t-il réellement ? Selon nos informations, alors que c’est aujourd’hui la clôture du dépôt des dossiers de candidatures à la Commission électorale nationale autonome (Céna), il est difficile, voire impossible de connaître les identités des candidats qui défendront les couleurs cauris. En l’absence des primaires qui constituent le moyen le plus fiable pour désigner les militants les plus représentatifs, les critères de désignation imposés par certains soi-disant propriétaires des Fcbe, masquent leur impopularité et leur incapacité à damer le pion aux autres candidats des partis adverses. On reproche également à certains leur passivité et leur silence notoire face aux moments difficiles où le chef de l’Etat était acculé de partout par l’opposition et donc avait besoin de soutiens. A d’autres, qui montrent les muscles et jouent aux leaders, parce qu’ils ont été élus grâce à l’implication personnelle du chef de l’Etat. On les compare aux tonneaux vides et aux chefs sans troupes. Ceux qui s’activent le plus pour brouiller les pistes et usurper leur positionnement par divers tours venimeux (coups bas, trahisons et sabotages, trafic d’influence) sur la liste sont plus nombreux. Mais hélas, les plus méritants qui ont tissé leur réseau jusqu’aux confins des concessions, en passant par les marchés, les clubs de jeunes et bien d’autres mouvements de militants inconditionnels, sont moins nombreux et voient le fiasco se dessiner si l’on ne remettait pas les pendules à l’heure. C’est pourquoi, le rêve de gagner 50 sièges au soir des prochaines législatives se révèle utopique et complètement irréalisable. Dans un tel contexte, appelons un chat, un chat, ce but est inatteignable. A l’endroit des dirigeants Fcbe, on leur pose la question suivante : qu’ont-ils fait des critères de positionnement sur les listes énumérés lors de leur congrès au palais des Congrès de Cotonou, le 14 février 2015 ? Au nombre de ces critères, l’engagement militant, la fidélité, la popularité sont définis comme des mots clés auxquels il faut tenir compte. En cas de difficulté à trancher des conflits, le recours aux primaires était envisagé. Mais tout ceci semble être écarté. Pour corriger le tir, les Fcbe de la 15ème circonscription n’ont plus que quelques heures. Le patron des cauris aura à faire un casting élégant pour sortir une équipe de toutes les tendances, jeunes, anciens, capables de défendre et non de calculer. Un exercice qui s’annonce périlleux.

FN