Spread the love
Claudine Prudencio a le soutien de l'Union fait la nation
Claudine Prudencio a pêché gros dans la 6ème circonscription

Dans la sixième circonscription électorale, responsables politiques, populations et autres faiseurs d’opinion sont décidés à enterrer la famille politique du président de la République. Alors que les responsables des Forces cauris pour un Bénin émergent continuent de regretter la démission du colonel Patrice Hounsou-Guèdè, Etienne Dohami, coordonnateur de ladite coalition à Togoudo 1 (Abomey-Calavi) a aussi claqué la porte. Ce dernier a rejoint l’honorable Claudine Prudencio. La cérémonie de départ officiel s’est déroulée dans l’après-midi d’hier jeudi 12 mars 2015 à l’hôtel Para Mondo vers Iita.  

La saignée se poursuit dans la famille politique du président de la République ! Deux jours seulement après le Maire de la Commune de Calavi, c’est un coordonnateur qui claque la porte. Et rassurez-vous, celui-ci n’a pas lorgné une position sur les listes de candidatures aux législatives. Il ne part pas, comme le Maire et certains, parce qu’il n’a pas été positionné. Les raisons de sa démission et celle de sa troupe sont toutes autres. Elles sont ce que des gens avertis ont crié pendant longtemps, sans être écoutés. « Au regard du sort général de la jeunesse béninoise sous le régime du Changement devenu celui de la Refondation; après un engagement sans faille, envers et contre tous, pour défendre et promouvoir les quelques actions du Président Boni Yayi au profit des populations, jeunes, moins jeunes, femmes et enfants… ; Considérant la situation générale de l’Etat béninois qui tend à la crise de confiance, à la crise politique et à la crise institutionnelle ; considérant que les populations béninoises n’ont pas réellement tiré parti du K.o. qu’elles ont permis au Chef de l’Etat de réaliser en 2011; après une analyse objective de la gouvernance dans notre pays depuis 2006 ; considérant enfin et surtout les velléités de révision de la constitution béninoise du 11 décembre 1990 sans que cela ne relève plus de l’urgence, ni de l’indispensabilité à court terme… nous, membres de la coordination des Forces Cauris pour un Bénin Emergent de la localité de Togoudo 1,….dénonçons avec force, la façon cavalière et méprisante dont la jeunesse de Togoudo 1, à travers le bureau de coordination que nous incarnions, a été traitée par nos responsables hiérarchiques, depuis notre installation dans ces fonctions; fustigeons avec vigueur l’insignifiance des réalisations au profit de la jeunesse béninoise en général et de Togoudo en particulier, malgré les chiffres relatifs à des créations d’emplois inaccessibles au plus grand nombre ; nous refusons de continuer d’apporter notre caution à une politique qui n’aura en fin de compte que créer de nouveaux riches au détriment de ceux qui ont tout sacrifié pour le bien de la jeunesse de Togoudo et le succès du Chef de l’Etat, pour qu’il achève son second et dernier mandat dans la paix afin de sauvegarder les acquis de notre démocratie… ». Extrait des raisons de cette démission collective.

Déception oblige

Face à cette situation de désolation qu’ils vivent, ces désormais anciens partisans de Yayi Boni déclarent : « Au-delà de tout ce qui précède, nous, membres de la coordination Fcbe de la localité de Togoudo1 avons choisi, de ne pas cautionner une révision constitutionnelle… En dépit des promesses faites par le Président Boni Yayi, l’objectif annoncé de 50 députés pour réviser la constitution ne nous rassure en rien. Nous avons tout donné pour le Chef de l’Etat, il lui faut achever son second et dernier mandat dans la paix afin de se retirer ». Ils ont porté leur choix sur une autre personne en qui ils placent leur confiance désormais. Pour eux, Yayi n’est plus bon ; mais Claudine Prudencio garde des valeurs qui obligent à la suivre. Sur ce, « nous avons choisi de mener le combat contre la révision de la constitution en adhérant à une véritable force politique d’opposition: il s’agit de l’Union pour le développement du Bénin nouveau (Udbn). Ils savent qu’elle est candidate sur la liste de l’alliance Union fait la Nation (la plus grande de l’opposition au Bénin) et se sont engagés à la soutenir pour qu’elle maintienne son siège au parlement. Du discours dont nous avons tiré des extraits, Etienne Dohami n’a pas caché son amertume et celle de son équipe face à la situation qui prévaut à la mouvance présidentielle.

Ce n’est pas fini, Covè se prépare…

Apparemment, Yayi n’est pas encore au bout de ses peines. Il a réussi à influencer Bruno Fangnigbé et certains candidats de la 11ème circonscription électorale. Mais cela n’empêche pas les autres localités de prendre leurs dispositions.

Dans la commune de Covè, le samedi 14 Mars prochain, des déclarations de démission des Fcbe sont en vue. En plus de ceux que le député Zéphirin Kindjanhoundé est en train de pêcher dans son marigot Udd-Wologuèdè dans la 24ème circonscription électorale, une autre alliance va puiser dans quatre arrondissements de Covè ce samedi. Nos sources indiquent que ce sont des cadres qui s’en vont de la famille Fcbe.

Pendant ce temps, Yayi Boni s’efforce de rattraper ses militants en déroute. Au palais des congrès de Cotonou hier soir, une réunion a été annoncée pour réunir tous les candidats aux élections législatives sur la liste Fcbe. Le chef de l’Etat attendu, n’a plus répondu présent. Et même s’il venait, il ne leur dirait pas concrètement ce qu’il va leur donner pour la campagne électorale ; mais de tout faire pour que l’objectif des 50 députés soit atteint.

A l’Infosec de Cotonou, c’est Komi Koutché, ministre des finances et son grand frère Désiré Adadja, conseiller technique du chef de l’Etat qui ont échangé avec certains barrons des Fcbe. A l’ordre du jour, toujours la question de succès politique ; mais dans la 9ème circonscription électorale.

Félicien Fangnon