Spread the love

Bastien salamiL’émission « Ma part de vérité » a reçu le dimanche 10 mars 2019, Bastian Salami, membre fondateur du parti Bloc républicain. Il a donné son point de vue sur le processus électoral en cours tout en estimant qu’un report des législatives portera un coup dur à la démocratie du Bénin.

Les élections législatives d’avril 2019 doivent avoir lieu à bonne date. C’est ce que pense Bastian Salami, membre fondateur du parti Bloc républicain, dimanche 10 mars 2019 sur l’émission « Ma part de vérité ». Selon lui, un report du scrutin serait tordre le coup à la démocratie. Cela va induire la vacance du Parlement et ce serait à cause de l’irresponsabilité de certains dirigeants de partis politiques qui n’auraient pas bien jouer leur rôle. L’enseignant de droit privé à l’Université d’Abomey-Calavi ne comprend pas comment certains partis n’ont pas pu se conformer à la Charte politique et au Code électoral. En faisant allusion aux cinq partis politiques dont les dossiers de déclaration de candidature ont été rejetés par la Commission électorale nationale autonome, il a indiqué que c’est la responsabilité des dirigeants de partis de veiller à ce que des irrégularités ne soient pas dénichées dans leurs dossiers. Prenant l’exemple de son parti, le Bloc républicain, l’invité a confié que chaque candidat du parti a fourni le double de son quitus fiscal pour éviter les dérapages de dernières minutes. « Nous ne devons accepter que les gens qui n’ont pas le sens de responsabilité et qui ne sont pas rigoureux envers les lois aillent s’installer au Parlement. Ce serait un désastre », a-t-il déclaré. Bastian Salami pense que le Chef de l’Etat a agi en père de famille en recevant les partis recalés et puis toutes les autres formations politiques pour trouver une solution afin de sortir de l’impasse. Malheureusement, certains dirigeants de parti n’ont pas exploité les sages conseils du chef de l’Etat. « On ne peut rien pour les partis qui ont brillé par leur absence, parce qu’ils auraient délibérément choisi la politique de la chaise vide. Ces dirigeants doivent faire profil bas et s’excuser auprès de leurs militants », a laissé entendre maître Bastian Salami.

 Donald Kévin Gayet

(Coll)