Spread the love

oppositionLe Chef de l’Etat, Patrice Talon rencontre ce jour mercredi 06 mars 2019, les partis politiques en vue de trouver les voies et moyens permettant de baisser la tension sociopolitique. Cette rencontre fait suite à la publication par la Céna de la liste des partis retenus  pour les élections législatives du 28 avril 2019.

La réunion de ce jour sera la rencontre de dernière chance pour les leaders de l’opposition. En effet, après avoir échangé avec les principaux leaders de l’opposition le 25 février 2019, autour de leur participation aux prochaines élections législatives, le président Patrice Talon a une fois encore confirmé sa volonté d’apaiser la tension sociopolitique en invitant de nouveau les partis  politiques à un conclave pour le dégel de la crise. Sont conviés à cette rencontre qui est prévue ce mercredi 06 mars 2019 au palais de La Marina, les partis de la mouvance et de l’opposition. Il s’agit des partis Union progressiste, Bloc républicain, Prd, Moele-Bénin, Dud, Fcdb, Restaurer l’espoir, Fcbe et Usl et Udbn. Sans paraître un oiseau de mauvais augure, le Président Talon ne devrait pas s’immiscer dans les décisions des institutions en charge de l’organisation des scrutins législatifs, puisque le législateur a défini un canevas aux partis politiques pour prendre part à ces élections. Alors, si l’opposition s’est exclue des scrutins législatifs, elle ne doit s’en prendre qu’à elle-même. Elle ne doit pas chercher un bouc émissaire pour la légèreté dont elle a fait montre dans la constitution de son dossier, corroborée par de fausses déclarations pour l’obtention du fameux sésame de mise en conformité avec la nouvelle Charte des partis politiques. Mais, compte tenu de sa capacité d’écoute et de recherche de consensus, le Président Talon, après le rejet de la candidature du Prd, Moele-Bénin, Usl, Fcdb et Udbn par la Céna, a convoqué une réunion d’urgence avec toute la classe politique béninoise en vue d’échanger sur les éventuelles possibilités pour une sortie de crise. Quand on sait que l’étude des dossiers de candidatures a été faite par la Céna sur la base du nouveau Code électoral et de la Charte des partis politiques, on se pose alors la question de savoir si au terme de la rencontre de ce jour le Chef de l’Etat fera fi de ces lois au détriment d’un consensus. Les heures qui viennent nous édifieront.

 Odi I. Aïtchédji