Spread the love

bob2Une fois encore la communauté estudiantine s’affaire pour la célébration du 11 mai marquant la mort de Bob Marley le roi du Reggae. La légèreté qui a longtemps caractérisé cette manifestation a souvent été source d’insécurité et d’actes de vandalisme orchestrés par certains participants. Ces actes dépourvus de toute moralité qu’a engendrée cette fête a obligé le rectorat de cette institution à suspendre ladite journée. Mais depuis l’année dernière, des dispositions sécuritaires sont prises pour que le 11 mai se déroule dans de très bonnes conditions. Ce lundi 11 mai est encore l’occasion pour ces jeunes de ce haut lieu du savoir de se réjouir et se remémorer ce grand homme. Johannes Doglo, le Directeur de l’Ensemble artistique et Culturel de l’Université d’Abomey-Calavi rassure :

« Les casseurs se sont très bien préparés pour faire vivre un très bon concert à tous ceux qui seront là ce soir pour vivre la fête du reggae ici à l’université. Ils ont répété pendant un bon moment histoire de donner le meilleur d’eux-mêmes. La particularité même de l’événement c’est que ce n’est plus seulement l’Eace qui organise le 11 mai. Cette fête est désormais organisée par une plate forme de certaines associations et institutions de l’université dont le scoutisme universitaire et l’association des étudiants et ingénieurs agronomes… cette année nous avons opté pour une journée anti-tabac. Vous n’êtes pas sans savoir que les années antérieures ont connu des dérapages. Nous avons dû faire un arrêt, réfléchi, et décidé d’aller sur le terrain de la sensibilisation et sensibilisé nos camarades étudiants sur des comportements sains. Le tabac n’a pas d’effet bénéfique sur la santé au contraire il la détruit. Donc, c’est le lieu de sensibiliser les camarades pour un comportement digne ici à l’université d’Abomey –Calavi. Nous sommes en train de mettre en terre une graine qui va pousser et porter des fruits. Je ne peux pas dire que la fête va se dérouler sans fumée parce que c’est une première édition d’un 11 mai sans tabac. Je pense que si la sensibilisation est assimilée par les camarades nous aurons les éditions à venir un 11 mai sans tabac. Nous avons délimité un espace non fumeur dans lequel ceux qui doivent rester ne doivent pas fumer. Ceci fait que ceux qui ont envie de bien vivre l’événement, ne pourront pas y avoir accès avec le tabac. Ils seront obligés de s’en débarrasser. C’est déjà une contrainte qu’on leur impose. Ça fera qu’il y en aura qui vont se départir de leur cigarette pour avoir accès à cette fête. »

Aldo   Ba Gaspard