Spread the love

Robin Accrombessi 3Le président de l’association « Lavoix des consommateurs »a été joint au téléphone par le groupe de presse « Le Matinal » après la rencontre avec l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep). Selon Robin Accrombessi, les charges liées à la contribution sur la consommation seront partagées par les opérateurs de téléphonie mobile et les consommateurs. Lire son intervention.

Le Matinal : Vous avez échangé avec l’Arcep ce 27 août 2018 sur l’introduction d’une contribution sur la consommation des services de communication électronique fournis par les réseaux ouverts au public. Que peut-on retenir de vos discussions ?

 Robin Accrombessi : C’est un décret qui a prévu une certaine réorganisation du système tarifaire des télécommunications, de la téléphonie mobile et de l’internet au Bénin.Il y a désormais 5 % de taxes qui seront prélevées sur tous les services voix, c’est-à-dire les appels, les Sms, texto via le téléphone directement et puis internet. Maintenant pour les explications que nous avons reçues de l’Arcep, c’est que c’est une expérimentation qui se fera au niveau des réseaux de téléphonie mobile. Donc les charges seront partagées par les opérateurs de téléphonie mobile et les consommateurs. Il y aura de nouvelles offres qui seront mises sur le marché. Pour ce qui est d’internet, le décret n’a pas été assez explicite (ce qu’on nous a expliqué aussi), c’est une répartition qui ne se fera pas exactement au prorata de 5 FCfa par Mo. Si c’était comme ça, ça veut dire que  si vous achetez 100 Mo on va vous rajouter 5 FCfa par 100 Mo. Ce n’est pas 5 FCfa fois 100 Mo. Ce n’est pas exactement ça. C’est de nouvelles offres aussi, c’est de nouveaux tarifs internet qui seront faits mais spécifiquement pour les réseaux sociaux qui ne seraient plus forcément comme avant. Ça va être un peu plus cher qu’avant pour les réseaux sociaux mais tout ce qui concerne internet pour les utilisations professionnelles pour les étudiants, ceux qui veulent faire des recherches les tarifs seraient plus intéressants.

 Ce sera un plus cher, c’est-à-dire quoi ? Cela nous coûtera combien en plus ?

 Je vous disais qu’il y a de nouvelles offres en étude. Si ces offres sortent, nous allons faire la comparaison entre les anciens tarifs et les nouveaux tarifs et nous pourrons conseiller le consommateur. On ne peut pas être plus précis maintenant. C’est vrai que le décret tel quel est alarmant, mais nous préférons attendre que les nouveaux tarifs soient mis sur le marché pour mieux expliquer au consommateur ce qu’il y a lieu de faire.

 Propos recueillis par Rachida Houssou