Spread the love

UNIVERSITE-ETUDIANTDans le rang des étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi, les avis sont partagés autour de la mesure du rectorat relative à l’étude préalable de dossiers avant inscription. Face à ladite mesure, les syndicats d’étudiants disent être prêts à aller en grève si l’autorité de tutelle ne revoyait pas sa copie. Mais qu’en disent les étudiants pris isolément ? Certains parmi eux ont exprimé leur point de vue sur la question. Ils ont été rencontrés ce mardi 20 Octobre 2015 à l’Université d’Abomey-Calavi.

Si pour les uns, la décision du rectorat de l’Université d’Abomey-Calavi est salutaire, pour d’autres ce n’est pas le cas. Pour les étudiants qui se rangent derrière la mesure liée à l’étude du dossier avant inscription, le recteur Brice Sinsin et son staff font bien dans la mesure où, la décision prise intervient pour réduire la pléthore d’étudiants dans les facultés, pour pallier au manque d’infrastructures et pour réduire le taux d’échec enregistré dans plusieurs facultés notamment la Faculté des Sciences et Techniques (Fast) et la Faculté des Lettres Arts et Sciences Humaines (Flash). Ces étudiants estiment également que dans tout système, il est important à un moment ou à un autre d’introduire des réformes, lorsqu’on remarque que le système souffre d’insuffisances. « Il y a assez de problèmes dans le système éducatif et il vaut mieux régulariser les choses et orienter les nouveaux bacheliers pour qu’ils ne fassent pas d’inscription dans les facultés qui ne les arrangent pas ». Cependant, parmi les arguments évoqués par les étudiants qui fustigent la décision du rectorat figurent entre autres : la pauvreté des parents d’étudiants qui n’ont pas toujours les moyens d’inscrire leurs enfants loin de leur domicile, la mauvaise répartition des universités publiques sur le territoire national (pas d’universités dans toutes les communes), l’absence d’infrastructures adéquates dans certaines des sept universités publiques du Bénin comme le Centre Universitaire de Porto-Novo qui dans son état actuel ne saurait accueillir le flot d’étudiants que la Flash de l’Université d’Abomey-Calavi va rejeter. Ces étudiants estiment par ailleurs que la décision du rectorat n’arrange pas tous les nouveaux bacheliers. Ils s’inquiètent notamment du sort des étudiants dont les dossiers seraient rejetés après étude : « Ceux là qui vivent avec leurs parents à Cotonou, vont-ils aller maintenant s’inscrire à Aplahoué ? » pense l’un d’entre eux. Ces étudiants rencontrés trouvent que les différents syndicats se sont réveillés un peu tard face à la décision du rectorat. Ils les appellent notamment à de la retenue et demandent au Recteur d’asseoir progressivement la mesure, si possible de la renvoyer à l’année prochaine. Il est à noter que le campus est de nouveau militarisé.

Inès Zounnon