Spread the love

sensibilisatio2La reprise de la répression pour non port de casques et de ceintures de sécurité annoncée à grandes pompes dans le rang des forces de l’ordre et relayée au niveau des citoyens n’a pas été concrétisée ce jour. A la place de la répression, c’est à une opération de sensibilisation que les usagers ont eu droit ce mardi 14 juillet 2015. Ce retour fait suite au constat du décès de soixante (60) personnes qui n’ont pas porté de casques pendant les trois mois de suspension contre la répression du port du casque. Une décision qui émanait de l’ex ministre de l’Intérieur Simplice Dossou lors de la période électorale.

60 personnes sont décédées lors des trois mois de suspension provisoire du port du casque obligatoire pendant la période des élections législatives et communales passées. C’est pour réduire et plus tard bannir le taux d’accident et de décès de certains citoyens que les forces de l’ordre sont revenues sur cette décision du port de casques obligatoires. A Cotonou dans la matinée de ce mardi 14 juillet, les policiers étaient positionnés à tous les grands carrefours. Ceci, afin de faire comprendre aux usagers de ces différentes artères l’importance du port de casques. En plus des conducteurs de motos, la sensibilisation a été également élargie au niveau des détenteurs de véhicules qui n’ont pas placé leur ceinture de sécurité. Les hommes en uniformes ont rappelé aux citoyens qui n’étaient pas en règle tous les avantages qu’ils peuvent se procurer en portant le casque et en mettant la ceinture de sécurité lors de leur déplacement. Les usagers qui étaient sceptiques à la vue des policiers ont finalement adhéré à la cause de ces derniers et promettent rectifier le tir. Ces personnes qui sont dans l’illégalité affirment qu’ils n’ont pas les moyens pour s’acheter de casques, ils avancent aussi des questions de santé. Mais la plupart d’entres eux ont promis tout faire pour entrer en possession d’un casque avant le soir. Au niveau des vendeurs de casques, c’est l’affluence. Le prix d’achat du casque a considérablement augmenté. Il varie de sept mille à vingt cinq mille francs CFA. Les clients viennent discutent le prix et se retournent malheureux quand le prix proposé par le vendeur ne les arrange pas. Pour l’un des vendeurs interrogés, cette hausse se justifie par le fait de la reprise du port obligatoire du casque. Quant aux conducteurs de véhicules à quatre roues, même si la plupart d’entres eux rencontrés possèdent la ceinture de sécurité, ils ont du mal à la mettre. Selon dame Aline, le port de la ceinture de sécurité agit sur sa santé. « Quand je mets la ceinture de sécurité, j’ai comme l’envie de vomir ou d’avoir le vertige », nous a-t-elle déclaré.

Judith Rolande Capo-Chichi