Spread the love
Mr josep-coll et Mme Aline Kuster-Ménager
Mr josep-coll et Mme Aline Kuster-Ménager

« Limiter le réchauffement climatique à moins de 2% et procéder à une transition énergétique rapide vers les énergies peu polluantes ». Ce sont les ambitions que se fixe la conférence internationale Cop 21 qui se tient dans quelques semaines à Paris dans la capitale française. En prélude à cet important événement, la délégation de l’Union européenne, a organisé mardi 10 novembre 2015, un échange avec la presse béninoise à son siège à Cotonou.

Chacune des trois dernières décennies a été successivement plus chaude à la surface de la terre que toutes les décennies précédentes depuis 1850. De plus, les émissions de gaz à effet de serre vont continuer à causer un réchauffement et influer sur d’autres variables du système climatique. Pour limiter les effets des changements climatiques, il faut une réduction substantielle et durable des émissions de gaz à effet de serre. La Conférence internationale sur les changements climatiques (Cop 21) qui se déroulera du 30 novembre au 9 décembre prochain à Paris, en France, permettra entre autres, l’adoption d’un accord international juridiquement contraignant, équitable et ambitieux, qui s’appliquera à tous les pays et permettra de maintenir l’élévation de la température moyenne du globe sous la barre des 2 °C, afin d’éviter un dangereux dérèglement climatique. Outre la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le nouvel accord devra porter sur l’adaptation aux conséquences du changement climatique et sur le financement de la lutte contre le changement climatique. L’UE a été la première grande économie à présenter sa contribution prévue au nouvel accord. Il s’agit d’un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Union d’au moins 40 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2030. Selon JosepColl, chef de la délégation de l’Union européenne, cet engagement s’appuie sur les objectifs chiffrés et le cadre stratégique actuel de l’action pour le climat de l’Ue. « L’Union est en voie d’atteindre, voire de dépasser, son objectif de réduction des émissions de 20 % d’ici à 2020. Entre 1990 et 2013, les émissions de l’Ue ont diminué de 19 %. Le Pib, quant à lui, a augmenté de 45 % au cours de la même période. L’Ue et ses états membres font partie des grands bailleurs de fonds internationaux en faveur de la lutte contre les changements climatiques. Ils y ont consacré 9,5 milliards d’euros pour la seule année 2013. Ils restent déterminés à renforcer le financement de cette lutte, afin d’apporter leur contribution à l’objectif poursuivi par les pays développés de collecter conjointement 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, auprès de très diverses sources publiques et privées », a déclaré Josep Coll. Par ailleurs, il est à noter que les financements relatifs aux changements climatiques concernent un grand nombre de secteurs tels que l’agriculture et la sécurité alimentaire, l’eau et l’assainissement, l’énergie et la lutte contre la déforestation. Le Bénin bénéficie à ce titre d’un appui de 8 millions d’euros pour la mise en œuvre du projet « Forêts Galerie ». Cette action vise à mieux gérer les ressources naturelles dans la basse vallée de l’Ouémé, afin de réduire les crues et limiter les conséquences des inondations. Ce projet permettra également de mettre à jour la cartographie de base à travers la réalisation de cartes topographiques de grande précision sur l’ensemble du territoire national.

Wilfrid Noubadan