Spread the love
clubs-LIGUESA travers un point de presse animé hier, les dirigeants des Ligues régionales ont récusé Rafiou Paraïso (président) et Quentin Didavi (membre). Ils exigent même la démission des membres du comité de normalisation. Voici la déclaration lue par le 1er vice-président de la Ligue du sud-ouest (Ouémé/Plateau), Euloge Hounvènou…
Déclaration des secrétaires généraux des Ligues régionales amateurs
Mesdames et Messieurs, l’heure est grave,
Le football est encore plus en danger que jamais au Bénin. Les prédateurs sont dans la bergerie. C’est pour cette raison que nous,  membres légitimes de la FBF et responsables des 6 ligues régionales avons décidé de faire cette première sortie d’abord pacifique.
Souvenez-vous, à l’installation de ce comité, les clubs de la FBF avaient récusé deux membres pour conflit d’intérêt. Il s’agit du sieur Rafiou Paraïso qui ne connait rien au football et dont le cabinet d’avocat, je veux nommer le Cabinet Rafiou Paraïso est en conflit avec notre Fédération (parce qu’il représente les intérêts des parties adverses contre la Fbf devant des tribunaux) et du sieur Quentin Didavi, que nous connaissons tous et dont le congrès du 20 août 2014 de la Fédération béninoise de football a demandé la poursuite devant les tribunaux ordinaires pour malversation et détournement des deniers de la Fbf.
Malheureusement, cet appel n’a pas encore été entendu et Me Rafiou Paraïso qui profite pour régler ses comptes, exclure et écarter afin de protéger les intérêts de son mentor Monsieur Anjorin Moucharafou qui reste toujours nostalgique d’un passé que lui seul trouve glorieux. Anjorin Moucharafou s’est permis au cours de sa sortie sur une chaîne de télévision de dire que pour être Président de la Fédération, on ne doit pas être occupé par d’autres charges. Quelle honte ! Dans quel pays du monde le  Président de Fédération ne parle que du football ? S’il n’est pas ministre, il est Député, ou Dg de Société, ou magistrat assumant de hautes fonctions dans son pays, ou un haut gradé de l’armée …..
Mesdames et Messieurs,
Par presse interposée, nous avons été informés des actes préjudiciables et de la sournoiserie érigée en mode de gestion à la Fbf depuis que son «adversaire», Monsieur Rafiou Paraïso y a été installé par effraction avec son acolyte Quentin Didavi. Voilà quelqu’un qui à l’heure où je parle est avocat contre les intérêts de la Fbf qu’il n’a de gêne à diriger sous prétexte qu’il est l’avocat du chef de l’Etat et de l’Etat béninois. Permettez-nous d’interpeller ici, le barreau du Bénin sur ce comportement dénudé d’éthique d’un des leurs qui met en péril les intérêts de la Fbf et qui engendre des frustrations et de la violence.
Vous avez avec nous lu dans la presse le retrait du comité des membres d’un camp suite à un faux rapport de Monsieur Paraïso. De la malhonnêteté, de la gabegie. Vous avez suivi également la démission du Général Louis-Philippe Houndégnon qui dit ne pas vouloir apporter sa caution à l’imposture et la violence que veut créer Monsieur Paraïso au Bénin. Que le Général soit remercié pour son objectivité et son acte de bravoure. Il vient de montrer qu’il est vraiment un général.
Mesdames et messieurs, avec le départ de ces trois personnes en lieu et place des deux qui doivent partir pour conflit d’intérêt, le comité s’est désormais réduit aux 4 membres dits désignés par le gouvernement mais qui en réalité sont désignés par le sieur Anjorin. Monsieur Rafiou Paraïso et ses acolytes n’ont donc pas hésité à faire du retraité Dadjo Marius, Secrétaire Général de la Fbf en plus de ses fonctions de membre du comité alors même que les textes ont déclaré ces deux fonctions incompatibles.
Le collectif des membres des Ligues du Bénin, par la présente réfute catégoriquement et sans réserve Monsieur Dadjo Marius comme Secrétaire Général de la Fbf et le déclare indigne de mener désormais quelque action au nom de notre association vu son plaisir à accepter un poste incompatible juste pour satisfaire ses besoins personnels.
Mesdames et Messieurs,
C’est dans ces conditions que nous apprenons que les 4 acolytes dans le cadre du déroulement de leur plan machiavélique veulent dissoudre les ligues que nous sommes. Nous voudrions leur dire qu’un comité chargé de la réconciliation et de la gestion de la normalisation ne peut nous dissoudre.
Nous voudrions ici prendre le Ministre des Sports et le gouvernement à témoin que nous nous opposerons par tout moyen à cette forfaiture d’un comité en errance et qui vient déstabiliser notre association qui du reste, est une association régie par la loi de 1901. Nous ne savions pas que le ministre en retirant l’agrément voulait installer ceux qui ont perdu les élections fédérales en 2013. Nous voudrions donc solliciter son intervention pour préserver la paix et la sécurité dans notre beau pays.
En définitive, nous dirigeants des Ligues régionales:
– Exigeons la démission du comité de normalisation et appelons la Fifa à mettre en place un comité qui tienne compte des véritables membres de la famille du football et que son président soit un rassembleur.
– Demandons au gouvernement d’emprunter le chemin de la justice en arrêtant l’enfoncement de notre football.
Mesdames et Messieurs,
Notre analyse de la situation appelle à une prise de conscience de tous les acteurs du football. Nous sommes en train de replonger dans la situation d’avant 2013. L’histoire de notre football est triste car les périodes de crise créées  par les acteurs sont légion et monnaie courante. Notre football vit encore des heures plus sombres.