Spread the love

FREDDY-HOUNGL’ex coordonnateur du budget à la Commission électorale nationale autonome (Céna), Freddy Houngbédji est monté au créneau dans l’après-midi de ce Jeudi 20 Août, pour apporter des clarifications au sujet de sa destitution mardi dernier par la plénière de la Céna pour gestion solitaire et non transparente. C’est à la faveur d’un point de presse qui s’est tenue à Azalaï Hôtel de la plage.

A l’issu de cette rencontre avec les journalistes, l’ex coordonnateur du budget, Freddy Houngbédji a balayé du revers de main toutes les allégations portées contre sa personne. Il a estimé que ces allégations ne sont que des acharnements sans fondement et qu’il a toujours respecté les textes et règlements de l’institution : « C’est si vrai que dans une interview accordée par le président de la Céna à une radio de la place point de presse, ce dernier a affirmé qu’ils voulaient me destituer, mais qu’ils attendaient la fin du processus électorale pour le faire ». A l’en croire, cette destitution ne vient donc pas de la constatation d’un dépassement de trois (03) milliards 600 millions. D’après ses propos, les décaissements des ressources financières et le dépassement du budget ont été autorisés par la plénière. Allant plus loin, il a affirmé que son refus d’exécuter les décisions de la plénière, refus de compte rendu ne repose sur rien. Il y a des règles, qui sont des règles d’équité, de transparence, d’égalité et la personne responsable des marchés publics doit veiller au respect de ces principes a-t-il dit. Mieux la Céna a institué en son sein une commission de passation de marché, c’est-à-dire que le coordonnateur ne décide de rien. « Je me contente de respecter la loi et je crois que c’est parce que je respecte la loi qu’ils ont décidé de me destituer ». Pour lui, cette destitution constitue une voie de fait parce que la loi ne permet pas de destituer un membre du bureau. Le règlement intérieur de la Céna ne le permet pas non plus. En fin de propos, il a promis contester par toutes les voies de droit cette destitution.

Léonce ADJEVI