Spread the love

CENTRALES-SYNDICALESLes responsables des Centrales et Confédérations syndicales sont montés au créneau hier jeudi 3 novembre 2016 dans le cadre de l’affaire Sébastien Ajavon. Dans leur grand oral qui a eu pour cadre la Bourse du travail, Pascal Todjinou, Dieudonné Lokossou, Noël Chadaré, Emmanuel Zounon, Christophe Houessionon et Christophe Dovonon, ont formulé des exigences et mis en garde le gouvernement. Entre autres, ils ont réclamé la libération sans délai du magnat de la volaille et ses collaborateurs. Aussi, ont-ils demandé la « normalisation » de la procédure judiciaire en vue de garantir le respect des droits des mis en cause.

SA

De quoi se mêlent-ils ?

Les syndicalistes veulent-ils que les Béninois connaissent la vérité sur la sulfureuse affaire de cocaïne ? C’est l’interrogation que l’on pose à voir leur agitation depuis le vendredi passé. Le Bénin est un pays de droit et le dossier est au pénal. Au nom du principe sacro saint de la séparation des pouvoirs, les leaders syndicaux doivent laisser la justice faire son travail en faisant foi à la commission mise sur pied pour faire la lumière sur les tenants et aboutissants. Emboucher la trompette de toute sorte de menace pourrait prêter flanc à des interprétations diverses et décrédibiliser du coup les Centrales qui jusque-là, tiennent la dragée haute.