Spread the love

yayiLe Coordonnateur national des Forces Cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Eugène Azatassou, par lettre circulaire en date du 03 novembre 2015, a demandé aux militants désireux de briguer la magistrature suprême de se manifester. Des critères ont été définis en vue de faire un choix équitable. Mais le chef de l’Etat n’en a pas tenu compte en imposant le premier ministre Lionel Zinsou.

Le leader charismatique des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), s’est fichu du Coordonnateur national de l’Alliance. Yayi Boni ne s’est pas senti concerné par les critères retenus par Eugène Azatassou en vue de faire un choix transparent et équitable dans la perspective des primaires au sein des Fcbe. Il est passé outre en imposant son diktat. Du coup, les primaires n’ont plus eu lieu. Eugène Azatassou et ses services de la Coordination des Fcbe ont été floués en faisant un travail intellectuel qui n’a plus été exploité. La décision personnelle du chef de l’Etat dans ce cadre est sans appel. « C’est Lionel Zinsou ou personne. » Seulement le premier ministre ne s’est même pas manifesté dans le délai imparti qui couvrait la période du 03 au 09 novembre 2015. Il n’a pas déposé de dossier. Certainement, Lionel Zinsou ne se retrouvait pas du tout dans les critères énumérés par la coordination des Fcbe. En dehors des critères dits éliminatoires qu’il justifie amplement, Lionel Zinsou ne remplit aucun des neuf critères d’appréciation. Il n’a jamais démontré ses capacités de mobilisation. Il n’a jamais eu de mandat électif. Les autres critères étant des critères subjectifs. Le document en fac-similé permet à chacun de faire sa propre opinion sur cette question essentielle du choix du candidat des Fcbe. Yayi s’est moqué des critères de sélection édicté par Azatassou et a humilié ses anciens alliés qui ont refusé d’affirmer leur propre personnalité. Les leçons de Maky Sall, ancien ministre de Me Abdoulaye Wade et de Roch Christian Kaboré, ancien président de l’Assemblée du Faso et ancien premier ministre de Blaise Compaoré sont édifiantes à plus d’un titre. Les personnalités qui ont eu la chance d’émerger sous l’emprise d’un chef d’Etat, doivent apprendre à affirmer leur propre leadership, si elles veulent faire carrière politique à la cime de l’Etat.

 Jean-Claude Kouagou