Spread the love

Roch David GnahouiEn réponse à la campagne d’intoxication entretenue par l’opposition au sujet de la levée d’immunité de trois députés, le président du parti « Alternative citoyenne », Roch Gnanhoui David, a réagi, hier jeudi 26 juillet 2018, au Chant d’oiseau.

L’acte historique posé par les députés de la 7ème législature mardi dernier continue de susciter des réactions. « Il ne s’agit pas d’acharnement politique, ni de la récupération politique », a déclaré le président de Alternative citoyenne Roch Gnanhoui David, au cours de la conférence de presse qu’il a animée à Cotonou hier, jeudi 26 juillet 2018. Selon lui, l’acte des députés mérite d’être salué. Ces derniers ont eu, à l’entendre, le courage d’envoyer leurs collègues Idrissou Bako, Valentin Djènontin et Atao Hinnouho devant la justice pour laver leur honneur. Assez satisfait par le geste des élus du peuple, il a déclaré que si les personnalités en cause avaient confiance en eux-mêmes, ils devaient renoncer à leur immunité et se mettre à la disposition de la justice pour la manifestation de la vérité.  « En tant que député, on doit défendre son honneur et sa réputation », a-t-il martelé Selon lui, la levée des immunités a suivi une procédure.  D’ailleurs, il n’y a pas encore  condamnation. Idrissou Bako, Valentin Djènontin et Atao  Hinnouho bénéficient toujours de la présomption d’innocence.  Ne pas lever ces immunités, a-t-il dénoncé, c’est empêché la justice de jouer convenablement son rôle. C’est pourquoi, il a invité l’opposition a évité de faire de la récupération politique. Il  a ensuite fait un exposé sur les différents types d’immunités prévues par la Constitution du 11 décembre 1990. Pour rappel, Idrissou Bako et Valentin Djènontin ont été cités dans les rapports des audits du cabinet Mazars dans le cadre de l’audit de la gestion de trois campagnes cotonnières de la période transitoire. Leurs immunités ont été retirées par 58 voix pour, 18 contre et 0 abstention. Quant à Atao Hinnouho, il lui est reproché la vente de faux médicaments.

 Odi I. Aïtchédji