Spread the love

wilfried lCe n’est peut-être qu’une question de temps pour que l’Assemblée nationale réceptionne le courrier de la justice sur sa demande de poursuite de certaines personnalités. La procédure a bel et bien été enclenchée. Sur l’émission l’hebdo de Océan Fm vendredi 16 février 2018, Wilfried Léandre Houngbédji a exposé la procédure qui est actuellement en cours. « Il s’agit de deux types de dossiers », explique le premier responsable de la communication gouvernementale. Le premier est une demande d’autorisation de poursuite d’anciens ministres de la République. Dans le viseur, Fatouma Amadou Djibril et Komi Koutché. Si la première personnalité doit être entendue sur le dossier Sonapra, la deuxième a des explications à fournir sur la somme de plus d’un demi-milliard retrouvée chez lui ; une partie de la somme qu’aurait volée un inconnu. L’ancien ministre aurait même porté plainte à l’époque.  Et c’est l’instruction de ce dossier qui qui amène la justice à l’interpeller pour comprendre pourquoi une autorité de son rang disposait chez lui  d’une aussi importante somme d’argent. « La justice veut connaître le montant exact et l’origine de ces fonds », a laissé entendre l’invité de Rachida Houssou et Rèliou Koubakin. Pour ce qui est du second dossier, c’est une demande de levée d’immunité de députés. La justice souhaite entendre les députés Idrissou Bako et Valentin Djènontin  (Sonapra), Garba Yaya (concours frauduleux). Enfin, Atao Mohamed Hinnouho dans la présumée affaire de faux médicaments.

Évoquant l’opportunité de la demande de la justice, Wilfried Léandre Houngbédji a laissé entendre que c’est une procédure enclenchée depuis des mois. « Le gouvernement n’est pas responsable du timing de la justice », selon lui. Le moment n’a donc rien à avoir avec une quelconque démarche politique, a démenti l’invité.

Limogeage de Hêhomey

Le directeur de la communication à la présidence de la République a aussi évoqué les raisons du limogeage de l’ancien ministre des travaux publics. Le pont de Gogounou en serait la seule raison, à en croire Wilfried Léandre Houngbédji qui ajoute que Hervé Hehomey a été rappelé pour remplir les fonctions de chargé de mission, compte tenu de sa compétence. Mais cette qualité ne saurait empêcher le chef de l’État de sanctionner quand un de ses ministres est fautif.

Source Océan Fm